• Un grand amour

    amill-desmoulins.JPG

    Beau mais compliqué certes, car avant de devenir fou amoureux de la fille, c'est de la mère que Camille Desmoulins devient amoureux, après l'avoir rencontré en 1783, dans une allée du jardin du Luxembourg en train de promener ses deux filles.

    Lucile Duplessis est la plus belle femme de Paris mais crotte de crotte aussi la plus sage Pour autant, ne faisant pas attention ni au mari ni à ses filles, dont l'une est âgée de 13 ans, Desmoulins fera pendant quatre ans une cour assidue et sans succès à la mère avant de s'apercevoir qu'en ce laps de temps, l'aînée des filles est devenue fort consommable et surtout ressemble beaucoup à sa mère !

     

    L'heure n'était pas encore à celle du "mariage pour tous", mais Camille sent son coeur changer de direction et ce d'autant que l'amour appelant l'amour, la jeune Lucile, quant à elle aime le jeune homme depuis leur rencontre au bois quatre ans plus tôt alors que celui-ci se pâmait pour sa mère !

    Bref, il demande à celui qu'il avait longtemps rêvé de faire cocu, la main de sa fille Lucile : Refus outragé de papa qui pas un instant n'envisage de donner sa fille en mariage à un petit avocat sans le sou !

     

    Inébranlable, Camille continue sa cour tout en devenant l'un des plus virulent héros de la République naissante, car c'est bien lui qui, le 12 juillet 1789, appelle la foule au soulèvement populaire, monté sur une chaise du jardin du Palais-Royal ! (Un peu  comme si monsieur Mélenchon appelait à la destitution depuis la mare aux canards élyséenne).

    Dis-sept mois plus tard, monsieur Duplessis accepte enfin le mariage des deux amoureux, qui se marient à l'église Saint-Sulpice, le 29 décembre 1790, avec Robespierre comme "faux témoin" !

    Lucile est aux anges car de plus elle partage, les espoirs, les rêves, et les utopies de son époux !

     

    Que merdasse ! Quatre ans plus tard, la révolution qui bafouille autant que notre présent gouvernement, tout soudain n'aime plus son héros et l'accuse, d'affairisme, et de mollesse, . Robespierre, pourtant son ami s'en bat l'oeil et laisse les soldats arracher Camille des bras de son épouse et du petit Horace, leur bébé.

    Lucile pleure, s'agrippe à lui, manque lâcher le fiston, supplie les soldats, manque de s'évanouir et par là même d'écraser le fiston en tombant : Rien n'y fait, Camille est amené au Palais du Luxembourg, transformé en prison !

     

    Dès le lendemain, il lui écrit :

    "Adieu, ma Lucile, ma chère Lucile, adieu Horace, Annette, adieu mon père ! Je sens fuir devant moi le rivage de la vie. Je vois encore Lucile, ma bien-aimée, mes bras te serrent, mes mains t'embrassent, je vais mourir"

    Camille se bat comme une lionne pour l'arracher aux griffes de la guillotine, en vain, car il est condamné à mort par le tribunal militaire de Danton !

     

    Sur la charrette qui l'emporte Desmoulins crie sa douleur d'être séparé de sa femme et son fils; au moment où le fer du sale engin de mort lui tranche le cou, il appelle encore "Lucile"

    Faussement accusée d'avoir voulu faire évader son mari, la pauvre  est guillotinée à son tour,  une semaine plus tard  :Ses dernières paroles sont pour son mari  " Ô joie ! Dans quelques heures je vais revoir mon Camille !

     

    A demain mes ami(es). Merci de votre fidélité et n'oubliez pas "Et OP, un p'tit com pour Nettoue".

     

    krikri

    Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :