• J'étais dolente depuis quelques jours et je n'aime pas, surtout quand il s'agit d'une zona chose que je ne connais pas, c'est à dire jamais ressentie ! Ma glissade rue du Sauvage, sur un papier gras de Mauricette, ayant contenu du jambon et que je vous conta il y a quelques temps, v'oui : Avant d'arriver sur les genoux, je savais déjà que j'allais avoir mal, et l'air bête même en faisant le signe de croix et en joignant  les mains pour donner à penser que j'avais une bonne raison de me retrouver dans cette position.

     

    Mais ce machin rampant qui commence par un petit bouton assez chiant au ras de la ceinture dans le dos, alors que vous venez de bêcher un bout de jardin, même s'il vous gratouille après avoir pris une douche, vous pensez tout d'abord qu'il est du à un peu de transpiration.... En tous cas, c'est se que je me suis dis moi !

     

    Et bien, ah! Rhâaalala, j'ai eu tort, car le soir même, j'avais mal et les petit machins s'étaient renouveler sur une dizaine de centimètres, sans tenir aucun compte du délai de gestation humaine de neuf mois !

    Pas vicieusement curieuse, mais quand même j'ai voulu en savoir plus, alors j'ai posé une glace sur une chaise dans la salle de bain et en ai prises une autre en main pour voir le pourquoi du comment de la chose ! Et bien, elle n'était pas belle la gueuse et proliférait sans aucune gène et comme en terrain conquis : Elle s'était même élargie en hauteur et croissée en douleur !

     

    Bon, nous étions mercredi et je me convaincs d'attendre le lendemain... La tentation de se gratouiller est intense, et cela ferais encore plus mal, alors je me retiens. Je passe une mauvaise nuit debout, (L'article de jeudi est passé à 2 heures 30 du matin), et la chose ne cesse de s'étaler dans tous les sens, surtout celui de la longueur.

    Le matin, je me lave à l'ancienne debout devant le lavabo en évitant les points litigieux, mais chaque mouvement m'étirant la taille se révèle insupportables, et puis, que mettre puisque je ne peux rien poser sur cet endroit qui s'est étendue du milieu du dos au dessus du nombril, et cette fois de la largeur d'une main et demie ? Un collant, un pantalon, ou une jupe s'arrêtent à la taille... J'essaie une robe soit,  mais jambes nues, même avec des chaussettes... Un,  j'ai l'air con, surtout que mes chaussettes sont à rayures noires et jaunes, discrètes certes, mais malgré tout...) Et en plus j'ai froid et j'ai de plus en plus mal !

     

    caducé pharmacien Bêtement, j'attends encore le vendredi pour téléphoner à ma toubib, car je commence à me douter du nom ce cet indésirable machin, non souhaité et gênant surtout après avoir vérifié sur Internet !

    Rhâaalala, elle est en congé et je hais les remplaçants : Moi, les médecins traitants que j'ai eu depuis que je suis grande, je les garde aussi longtemps qu'ils ne partent pas en retraite, comme ce fut le cas de l'avant-dernière, il y a quatre ans.

     

    Crotte de crotte, à moi le Di-Antalvic, que justement prévoyante, ma médecin m'en a fait une petite réserve pour voir venir... Ca calme la douleur, mais pour quelques heures seulement,pas la progression, de cette chose infâme.

    Le vendredi enfin, je cours,  enfin,je déambule en me balançant de droite à gauche, surtout à gauche pour me ménager, saute les marches de la pharmacie une à une, cela fait moins mal que de m'étirer et entre tel un kangourou sans poche dans le saint des saint

     

    Monsieur mon pharmacien dont je vous parlâtes déjà et maire de la commune, son officie est importante et compte quatre pharmaciennes en plus des vendeuses spécialisées. Il n'est pas là, mais son fils si : Grand la trente cinquaine, agressive, et deux des pharmaciennes, qui après m'avoir écouté me font entrer derrière là, où se font les soins. J'insiste sur le fait qu'il me faut absolument quelque chose en attendant le lundi. Aucun souci de ce coté, dès que Claudine, ma copine a constaté l'étendue des dégâts, mais elle appelle quand même une de ses collègues puis le fils du maire pour se faire confirmer la chose.

     

    --- Pas de doute, c'est bien un zona, et on va vous donner quelque chose qui d'ailleurs n'agira que très peu même avec une dose massive, car vous avez dépassé les 72 heures durant lesquelles c'est efficace aussitôt !

    Ma chère toubib est venue hier matin à la première heure, bref, elle confirme à son tour : Cette vilaine bête est de la même famille que la varicelle en plus grave, et tout donne à penser que je ne l'ai pas eu étant petite... C'est une chose qui risque ou non de revenir... Elle sait que cela fait très mal, et que ceux qui ont la malchance de l'avoir au visage doivent être hospitalisés à cause des yeux.

     

    Bref, son infirmière, car elle, c'est aussi un centre de soins, viendra tous les matins pendant une semaine pour désinfecter en empommader la chose...

    Bref, vous savez maintenant que l'on peut attraper un Zona en bêchant son jardin ???? Et pourquoi, si je continue scrupuleusement de visiter mes blogs amis, je ne réponds pas à tous les commentaires se dont je m'excuse. J'ai le moral dans mes chaussettes noires et jaunes, alors de grâce plaignez-moi, encouragez-moi, (Comme tous les virus ce machin va durer trois semaines), et parlez-moi des vôtres si d'aventure vous avez souffert de l'un : Pendant ce ttemps là, je continue à avoir mal et bien souvent à haute voix !

     

    A demain mes ami(es). Merci de votre fidélité et n'oubliez pas combien j'aime vos commentaires.

     

    krikri

    Yahoo!

    69 commentaires
  • Ben v'oui, cela m'est arrivé samedi dernier : Je n'en ai pas vraiment parlé avant, sauf mauricette pour geindre de temps à autre, parce-qu'il me faisaient mal, et que je me suis sentie si nunuche sur le moment que j'ai préféré attendre que le rouge de le gène me disparaisse des pensées !

     

    Bref, souvent le samedi je vais à mulhouse m'handicaper les fins de mois, pour le seuil plaisir, de m'en offrir quelques uns, justement !

    Ma boulangerie favorite, quasiment privée, car c'est la seule qui à ma connaissance fabrique du < Pain Briard >, des merveilles qui même tranchées et quelques jours au congélateur garde la fraîcheur du neuf !

    Une presque ruine, c'est vrai mais je suis très pain ! A coté se trouve le bureau de tabac, le seul au monde !!! à me faire gagner 30 euros lorsque j'en risque 12 au loto. Il y a aussi Séphora, mais cela  entre dans un domaine privé, sur lequel je ne m'étendrai qu'en présence de mon avocat... Et surtout la FNAC, une chose horrible qui vous allèche éhonté ment avec les dernières parutions de livres au titre et surtout aux auteurs tentateurs, dont je n'ose faire la dépense avant de les trouver, en livre de poche, hélas, déjà  déflorer, par les bavasseurs de la télévision.

     

    Bon, il ne faisait pas trop mauvais et une idée insensée puisque quasi printanière, m'avait fait abandonner mes bottines sécurisantes, pour de jolies chaussures bordeaux s'accordant avec mon espèce de manteau-cape-pendouillante, noir et blanc, mais que j'adore, se possédant, (les souliers bien sur), des petits talons de trois centimètres et demi, vraiment pas des échasses.

    Seulement c'était sans songer aux "Mauricettes", jambon-beurre, de la maison Poulaillon, dont certains cochons jettent les papiers d'emballage sur la chaussée pietonne au lieu d'utiliser les corbeilles poulaillons elles aussi !

     

     Mon parapluie sous le bras , emporté par précaution,  au cas où ? Mon sac à main bordeaux à bandoulière, certains sachets au bout des bras, juste à l'instant où un léger coup de vent m'envoie un bout de mon foulard devant l'oeil étant  en général programmé pour regarder là où je pose les pieds,, l'autre réservé à reluquer les beaux m...agasins, voilà que je glisse sur un bout de jambon encore collé à un p'tit bout de mauricette, elle-même posée sur son papier gras !


    J'essaie désespérément de me rattraper à... rien du tout, car encombrée de mes paquets que le n'ai pas lâché,  qui plus est, en échappant de peu à la pointe de mon parapluie dans le... chose, me retrouve douloureusement à genoux sur le macadam ! Rhâaalala, que ça fait mal ! Si mal que je me laisse aller à poser quelques peu ma fesse gauche sur d'autres papiers gras au saucisson je crois : Que faire ? Me relever d'un coup de reins et rester plié à l'équerre jusqu'à la voiture qui m'attend en bas de la rue ? Surtout,  que je ne suis pas sur, douloureuse comme je suis, de ne pas me ratatiner à nouveau !

     

    tomber à genouxLe signe de croix et croiser les mains pour donner l'ompression   aux badauds  que j'ai au moins un motif pour avoir l'air aussi tarte ? Mais, j'ai mal, crotte de crotte à en avoir le vertige... Bien sur, j'ai trouver le temps long, mais il ne s'est pas passé une minute avant qu'une main virile et "secoureuse" ne me débarrasse du ridicule de ma situation.

    --- Vous avez mal ? °°° Jeune con, va, mais je fais ça pour le plaisir, voyons !

    --- Très, mais je survivrai !  (Vous êtes peut-être de ceux qui ont envie de s'en prendre au premier venu sur le coup de la douleur, moi oui) !

    Une dame sortant de la boutique avec... deux mauricettes le rejoint.

    --- Ça va très bien, je l'interromps avant même qu'elle ait ouvert la bouche. Ils se mettent à rire, elle surtout :

    --- Vous savez dit-elle, mon mari est exactement comme vous. Quand il se fait mal, c'est toujours de la faute des autres...

     

    Et bien je souris moi aussi. Plutôt je grimace, remercie et m'en vais clopin clopan...

     

    La photo ci-dessus, c'est parce-que je n'en ai trouvé aucune avec une femme se cassant la figure... Que des hommes, alors tant qu'à faire !

     

    A demain mes ami(es). Merci de votre fidélité et n'oubliez pas combien vos commentaires me font plaisir ! (Heu, ils sont tout bleus)

     

    krikri

     

    Yahoo!

    34 commentaires
  • Voilà, je reviens de la < Clinique vétérinaire >, où j'ai du laisser Scarlett à 8:30 h. Elle a bureau scarlettquatre ans, et après chacune de ses périodes de chaleur (deux fois par an), elle a fait une grossesse nerveuse très pénible, pour elle : dans ces cas là, moi je ne compte pas), mes chiens, ont toujours faits parties des amours de ma vie...

    Après 48 jours, elle croit qu'elle vient d'accoucher et chacun de ses jouets devient ses bébés. Elle se les mets sous elle et les défends becs et ongles, au point qu'il faut tous les lui retirer, de même que ses endroits préférés pour se cocooner, (trois semaines environ... 

     

    Le lait lui ruisselle des mamelles, elle ne mange quasiment pas, fait des difficultées pour sortir, et est très malheureuse en dépit des anti-laiteux. A la longue, cela peut lui procurer des infections et plus tard des cancers...

    Je sais que je n'ai que trop attendu, car il y avait une chance que cela cesse et elle était surveiller de près... Cela n'a pas cesser et j'aurais du la faire stériliser après le première fois ! Mais je n'aime pas que l'on mutile les animaux, tant que cela n'est pas une absolue nécessité, et je sais que c'est moi l'andouille, ... Déjà, je me suis réjouie lorsqu'il a été interdis de leur taillader les oreilles et la queue à la naissance, pour répondre aux critères de soi-disant beauté.


    mercredu s 004 scarlettEntre-nous, j aimerais bien savoir comment les vétos, si bon soit-il,  pratiquant jusqu'alors, ces mesures sans états d'âme, auraient réagis si leurs épouses avaient exigé la même chose d'eux, dans le but de les rendre plus attrayants ? Les oreilles je ne dis pas, car cela fait partie pour le genre humain de chirurgie réparatrice, mais le reste, hein, le reste ? ; Dis chéri, j'aimerais que tu vois un bon architecte qui te fasse un bon plan, pour rétablir un certain équilibre : Tu n'es pas très grand et ton zizi ballote sur tes genoux, se qui attire les regards féminin surtout, quand tu te promène en bermuda... En sectionner un morceau au centre puis le recoudre serait plus esthétique, ce me semble !

     

    Non, je ne m'égare pas les pensées, j'essaie seulement d'évacuer mon stress, j'ai trop attendu en dépit des conseils du vétérinaire de Scarlett ! Il est depuis 22 ans, celui à qui j'ai confié mes compagnons à quatre pattes... Je ne dis pas petits, car avant la "p'tite nana", j'ai eu des malinois et des labradors... Jusqu'à trois à la fois... Mais c'est une autre histoire et si je vous parle un peu à tort et à travers, , c'est parce-que j'ai une trouille bleue depuis des jours ! Et puis, je suis levée depuis trois heures du matin, car il m'a été impossible de me rendormir après la pause pipi !

     

    Voilà, il est 10:03 heure, et je peux appeler dans 27 minutes pour savoir comment cela s'est passé ? Je sais que pour beaucoup, et ils ont raison, ce n'est pas la mer à boire, mais moi, dans certains domaine je suis totalement inefficace et je ne cesse de me demander, à quoi, elle a bien pu pensé, malgré mes explications, , dans sa belle petite tête, quand je l'ai laissé entre ls mains d'une infirmière et que je suis partie ? Elle, elle a du se retourner, mais moi, je n'ai pas pu.

     

    Je m'arrête, car je pleure comme une fontaine sur mon clavier, les animaux et particulièrement sept février 4les chiens sont si précieux pour moi !

     

    A l'heure dite, l'infirmière me répond au téléphone que tout s'est bien passé. J'arrive enfin à avaler ma salive et à boire un jus de fruit. Je suis à jeun comme elle, depuis la veille au soir à 18 heures.

    A quatorze heures pile, je l'ai dans mes bras. Notre préposé m'a accompagné car les Gnolus sont au boulot... On lui a retiré les ovaires mais pas l'utérus. Bref, elle est dans le cirage et moi j'en sorts : Voilà, c'est tout simple finalement, les jours à venir, deux ou trois vont être un peu difficile, mais bon !

     

    Merci à Mentale et à Toutoune qui est passé par là il y a deux mois environ, et qui toutes deux m'ont beaucoup aidé

     

    A demain mes ami(es). Merci de votre fidélité et n'oubliez pas combien vos commentaires sont encourageants !

     

    krikri

    Yahoo!

    69 commentaires
  •  

    france 2 La grande < Manif >, de mardi, les plus impliqués l'ont interprété à leur façon, soit : Mais les observateurs étrangers, avec leurs ricanements grandes ampleur, de quoi se sont-ils mêlés ?

    Trois cens mille, personnes dans les rues, disent les meneurs syndicalistes... 89.000 assure la préfecture... Non et non, se sont divertis les grandes "bavasseries" frontalières ou pas, à peine 80.000...

    Mais dis, mon pays, elle va où la France pour tolérer ce foutage de gueules ?

     

    Heureusement les bleus ont marqué 2 à 0 contre le Luxembourg, et le score n'a pas été contesté !

     

    Mais, elle pense à quoi la madone de la "Bravitude", en incitant les lycéens à sécher les cours ? Il est vrai, qu'allécher les jeunes avec des inscriptions au rabais, pour qu'ils adhèrent à son mouvement < Démocratie participative >, pendant la campagne présidentielle de 2007, lui a plutôt bien réussie, jusqu'à se qu'elle se casse le nez  à l'arrivée ! 

    C'est normal qu'ils soient inquiet nos enfants, nous le sommes aussi ! Reste que se servir d'eux comme boucs émissaires n'a rien de bien honorable !

    Mais dis mon pays, elle va où la France, pour laisser faire de semblable incongruités ?

     

    Heureusement, le Chili à réussi un véritable exploit. Les trente trois mineurs sont sains et sauf ! Et cela vaut mieux que toutes les petites saloperies politiciennes et mensongères, (Mais quel qu'en soient les partis  de tous poils, ils s'en rendent tous coupable), dont nous sommes abreuvés actuellement !

     

    Entendu sur France info, qui se met aux "peopleries", à son tour, l'ex compagnon de madame Royal, monsieur François Hollande s'étale dans < Gala >, pour claironner, avoir enfin trouver la femme de sa vie ! Celui qui fut secrétaire général d'un grand mouvement  politique est donc, un vrai goujat ! Je ne me trompe pas, n'est-ce pas, mais il a vécu assez longtemps avec une autre femme pour lui faire quatre enfants !

    Mais dis mon pays, elle va où la France, pour qu'il ait été  un jour, choisi comme leader naturel d'un parti qui comporte aussi des femmes ?

     

    Heureusement, existe, Nelson Mandela... Être libre, dit-il,  ce n'est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c'est vivre d'une façon qui respecte et renforce la liberté des autre !

     

    A demain mes amis. Merci de votre fidélité et n'oubliez pas combien vos commentaires sont agréable à lire !

     

    krikri

     

     

    Yahoo!

    55 commentaires
  • galeries

     

     J'étais à Paris. Vous, vous souvenez, j'y allais souvent lors de mon second parcours professionnels... Je vous ai raconté le beau hippie de la place St-Michel...

     

    En l'occurrence, il s'agit là de tout autre chose ! Bref, s'était le matin et je devais prendre mon train de retour à 17 heures, 45. mon hôtel,  toujours le même, (Cela a son importance), réglé et ma valise dans un casier de consigne, sa clé bien au chaud dans mon sac à main, je flânais, avec en tête l'idée coupable de m'acheter quelque chose au dessus de mes moyens.

     

    Il y a des jours comme ça, alors direction les galeries Lafayettes, haut-lieu de mes orgies vestimentaires, après avoir déjeuner d'un sandwich à la baguette parisienne et au camembert, au café de la Paix, place de l'Opéra.

    Là, et voyez mon degré d'inconscience, l'oeil conquis par un pull angora, caramel doré dans la boutique Dior, j'entre en cabine pour l'essayer. Afin d'en mieux tester la couleur, j'en ressort et là... Une brusque poussée dans le dos me projette sur le sein heureusement accueillant, d'une bonne personne venue comme moi, s'handicaper fortement la fin du mois.

     

    Trois secondes, pas plus, pour que mon sac posé sur le tabouret de la cabine, se prenne la poudre d'escampette avec une voleuse attachée à sa bandoulière !

    --- Pressez sur le bouton d'alarme, cria mon soutien improvisé... Il bloque les escalators, les portes d'ascenseurs et de sorties !

    --- Impossible, répondit, la vendeuse le rouge au front : Nous n'avons le droit de l'actionner que si c'est le magasin qui se fait voler.

    Dame ! , compris-je aussitôt, la voleuse étant susceptible de dépenser le produit de son larcin, dans l'un ou l'autre de leur rayon, la chose pour eux, est de très petite importance ! Et crotte !

     

    Je me suis sentie tout soudain, comme amputée d'un morceau de moi-même. Dans ce sac, il y avait les photos de mes gnolus " Bébé ", leur mèche de cheveux blond rangée dans un écrin, la vieille montre en argent de ma grand-mère Lina de Bussière-sur-l'Ognon, laquelle ne me quittait jamais, mes papiers d'identités, quelques bijoux que j'avais mis le soir précédent, lors d'un dîner avec quelques membres de l'entreprise de prêt à porter, où je travaillais, 750 francs, mon chéquier, mon billet de retour et... la clé de la consigne de la gare de l'est !

     

    J'avais mal à l'âme, le coeur au bord des lèvres et subissais une sorte de traumatisme m'ôtant toute initiative !

     

    gare de l'estLa chère femme, qui venait de m'adopter momentanément, m'emmena au bureau sous-directorial de l'établissement. J'y fus bien reçue, c'est à dire dans l'indifférence la plus totale ! Pfftt, une provinciale conne, ne sachant pas qu'à Paris, on se doit essayer les vêtements sans quitter son sac à main ! Néanmoins, magnanime, autant que grand seigneur, on me fit don d'un ticket de métro et de l'adresse du commissariat le plus proche,

     

    On m'y écouta en hochant la tête et me fit une attestation de vol à remettre à leurs collègues de la gare, afin que je puisse au moins, récupérer ma valise.

    Que nenni, le brave policier fit se qu'il pouvait pour convaincre le responsable des casiers, mais comme je n'avais pas noté le numéro...

    --- Impossible, vous êtes au vert, demain vous serez à l'orange, et je ne pourrai vous ouvrir que lorsque que vous serez au rouge. Si, on force, on se peut détraquer tout le systhème... Merdasse ! ma voleuse dispose donc de plus de deux jours, pour venir me piquer aussi ma valise !

     

    De retour à l'hôtel, (De là l'importance signalée au début), j'appelle le bureau de mon patron direct. Il n'est pas là, me répond sa secrétaire électrique, (Ses robes, quoiqu'elle fasse, crissent et lui collent toujours aux fesses et aux cuisses), ne sait vraiment pas quand il rentrera...Elle le sait, mais elle a des vues sur lui, alors que pour moi, c'est fait !

    je téléphone ensuite, à celui de mes gnolus qui bricole au magasin pendant ses vacances scolaires et lui demande l'envoi d'un mandat télégraphique de mille francs.

     

    Je l'attends dans le hall, je m'angoisse au delà du possible ! C'est mon tempérament, mes angoisses sont toujours au delà du possible ! Une boule m'obstrue l'oesophage, me bloque la respiration : Mes photos, les mèches blondes, la montre de ma Lina, mes papiers, mes sous... Le coursier arrive !

    --- Il faut une carte d'identité pour toucher un mandat hors de chez-soi; mais vous pouvez aller au bureau de poste avec deux témoins pouvant attester que vous êtes bien, qui que vous dites...

     

    La directrice de l'hôtel et le cuisinier propose de m'accompagner ! Merci mon Dieu ! Et là, je vous jure que la chose est vrai, on leur demande, de prouver à leur tour qui ils sont en montrant leur livret de famille !

    Je tempête, je hurle ! La vieille ascendance ibérique du temps où la France-Comté, suite à une magouille de l'Autriche, se retrouva espagnol, prend le dessus ! Je crache des clous, l'employé se planche derrière le verre de son guichet, mais épuisée, vidée, me retrouve moins efficace, et raplapla comme une vieille outre en peau de bouc !

     

    --- Vous allez en faire quoi de mes sous, je ânonne, la bouche pleine de postillons désespérés.

    --- Si vous le souhaitez, on les renvoie à l'expéditeur ! Je ne le souhaite pas c'est( sur, mais au point où j'en suis !

    De retour à l'hôtel, je re-téléphone à mon patron. Il est là et m'apporte des subsides. Puis à nouveau à mes enfants, et à la personne qui les garde en mon absence. De retour le lendemain, je vais à la mairie de la petite commune où je vis... Et là, pour m'en refaire une nouvelle, on me demande mon ancienne carte d'identité... Vous n'en avez pas ! Alors, un extrait de naissance et la chose peut prendre une bonne semaine...

    J'appelle ma maman, à Besançon, elle sait tout, un gnolu l'a prévenu, le certificat est en route ! Deux jours après, je retourne à Paris, voir si mon casier est passé au rouge ? V'oui, et ma valise est bien là ! Merci mon Dieu !

     

    Rentré chez-moi, un fils m'annonce qu'il est arrivé  l'avis de retour du mandat et que l'on pourra récupérer nos sous... Dès que j'aurai ma nouvelle carte d'identité !

    Mais mes photos, les mèches de mes enfants, la montre de ma Lina ?

     

    A demain mes amis, merci de votre fidélité et n'oubliez pas, combien vos commentaires sont encourageants !

     

    krikri

     

    Yahoo!

    42 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique