• P'tites choses comme ça : Florilège...

     

    * La barbe la plus longue de France mesurait 3, 35 mètres : Elle appartenait à monsieur Louis Coulon : (Oh La barbe) !

     

    * Dans son sens premier, "l'avocat du diable" (advocatus diaboli) était chargé de plaider contre la canonisation des futurs saints ou bienheureux, au sein de l'Eglise catholique. (Il était contre sans raison, simplement histoire d'enquiquiner son monde).

    Ce poste d'avocat instauré dans le droit canon en 1587 sous Sixte V, a perduré jusqu'en 1983, date  laquelle Jean-Paul II a allégé les procédures de canonisation et supprimé cette fonction dans la nouvelle constitution apostolique : Du fait de cette abolition, il y eu foultitude de saints et de bienheureux reconnus comme tels au XXème siècle...

     

    * En 1955, une publicité dans un journal américain invitait les enfants à composer un numéro pour parler au père Noël. Le numéro de téléphone contenait une erreur et renvoyait au Centre des opérations du commandement de la défense aérienne continentale (CONAD), remplacé par NORAD depuis.

    Les opérateurs ne voulant pas décevoir les enfants  , répondirent pour leur donner la localisation du père Noël. Depuis cette nuit le Norad, perpétue la tradition et à même mis en place un site internet dédié aux enfants ! (voyez bien que l'Amérique ne pense pas qu'à faire la guerre, m'enfin...)

     

    * Dernier Etat à ratifier officiellement le 13ème amendement de la Constitution des États-Unis, en 1995, le Mississippi, par un malencontreux hasard administratif n'à pas vu sa ratification prise en compte au niveau fédéral.

    C'est un spectateur du film "Lincoln" de Stephen Spielberg en 2012 qui, voulant en savoir plus sur la chose, s'aperçut de l'erreur administrative. Celle-ci à donc été réparée 148 ans après sa ratification par le Maine, le Kansas et le Massachusetts, respectivement les 9 10 et 11ème états à adopter le texte.

    Il avait déjà fallu attendre 26 ans pour que les deux irréductibles états esclavagistes (le Kentucky et le Mississippi, se décident à devenir des êtres normaux) !

     

    (sources internet)

     

    A demain mes ami(es). merci de votre fidélité et n'oubliez pas "Et Op, un p'tit com pour Nettoue".

     

    (publié le 25 septembre dans "Bon à savoir")

     

    Yahoo!

    29 commentaires
  • La France est pleine d'idées !

    Il semblerait que dans un domaine qui fait particulièrement sourire les français et envoie aux USA,  les fraudeurs en prison les restaurants et brasseries détiennent la palme d'or d'un Art made in France très particulier !

    Par profit certes, mais souvent aussi par jeu et bravade, (monsieur Chirac, n'a-t-il pas reconnu avoir, au temps de sa jeunesse, sauté la barrière pour prendre le métro) ?

    Pour autant, trois euros par ci et 10 par là, en liquide bien évidemment, continue à reprendre au fisc ce qu'il ne se gêne pas pour délester sans vergogne le brave pèlerin !

     

    Sans se faire prier mais sous le couvert d'anonymat, plusieurs restaurateurs ont même montré aux journalistes auteurs de ce reportages  comment ils s'y prenait pour par exemple faire disparaitre après encaissement  une bouteille ou un repas déjà facturé sur une addition informatisée remise à un client.

    Plus fort encore, et pour mieux appâter le "déjà presque conquis", lors d'un salon professionnel, une démonstratrice n'hésite pas à mettre en avant la facilité à l'évaporation dans ses  caisses enregistreuses.

     

    En octobre dernier, des policiers ont interpellé le patron malchanceux , d'PMC-Gervais, accusé de commercialiser un logiciel "permissif", conçu pour minorer automatiquement les recettes qui s'en être traquées sont malgré tout dans le collimateur des vérificateurs :

    Cette fraude bon enfant ne concerne pas seulement les petits établissements précise un "pompeur spécialisé es-impôts en ces termes : Dans un trois étoiles une addition de 400 euros payée en liquide par un japonais peut être tout aussi vite annulée après qu'il l'aie réglé et empoché le reçu !

     

    Compte tenu du peu d'effectifs consacrés à ce secteur, la probabilité d'un contrôle est très faible, une fois tous les dix an environ, selon un spécialiste... (Remarquons, que l'on nage au sein de spécialistes pas très convaincants) !

    Il semblerait même qu'à ce jour aucun gouvernement n'ait osé demander aux entreprises de déclarer le logiciel qu'ils utilisent : Dès lors, les pauvres petits "guette au trou", sont obligés de se rabattre vers l'épluchage des recettes en traquant les incohérences, (ratio, titre-repas, espèces, cartes bancaires, comparaison du poids du bœuf livré et de celui des steak-frites etc...De la gnognotte quoi ! De la gnognotte compliquée et qui prends un temps fous à ces pauvres contrôleurs verts de frustration.

     

    Mais pas de panique si le "Black" est estimé à plus de 10%, le  débrouillard, non le fraudeur sera soumis à une proposition de rectification, laquelle débouche généralement sur rien... puisque  gérée par une commission départementale où siège un maximum de commerçants...

     

     A demain mes ami(es), merci de votre fidélité et n'oubliez pas "Et Op, un p'tit com pour Nettoue".

     

    (publié le 24 septembre dans "Actu-info")

     

    Yahoo!

    28 commentaires
  • Le lundi : C'est cinéma chez Nettoue, et... 

    Prenez vos  places...Le Western va commencé....

    Aujourd'hui, c'est : En route pour le Far West ....

     

     

    A demain mes ami(es). Merci de votre fidélité et n'oubliez pas "Et Op, un p'tit com pour Nettoue".

     

    (publié le 23 septembre dans "entre parenthèse")

     

    Yahoo!

    27 commentaires
  • Ca y est je me tiens parole ...

     

    Je n'ai pas voulu parler de ces voyous de fabricants de tabac, crotte de crotte, nous sommes dimanche !

    Je n'ai pas voulu parler des promesses à longs termes de monsieur Hollande, lesquelles sont tout aussi mensongères, absurdes, et "attrape nigauds", que celles de sa campagne et de celles faites depuis !

     

    En fait voilà, je prends ma "Pause dominicale", mais bien entendu je vous visiterai comme toujours cet après-midi !

    Je voulais m'acheter des Patchs anti-addics blogs pour me réserver le jour du Seigneur, mais par Saint-Georges, voyez, j'y suis arrivée sans eux, comme une grande !

     

    A demain mes ami(es). Merci de votre fidélité et n'oubliez pas "Et Op, un petit com pour Nettoue"

     

    (publié le 22 septembre dans "Entre parenthèse")

     

    Yahoo!

    35 commentaires
  •  

    Il était une fois... Blanche de Beaumont, une belle demoiselle, qui vivait dans un château normand, vieux et délabré, tous le monde c'est évident n'a pas les moyens de s'offrir "Un grand Paris".

     

    La légende du rocher percé !

     

    A seize ans Blanche, rencontra Raymond de Nérac, alors qu'elle enjambait les ronciers de la cour, jupes relevée sur de gros bas tricotés par Mélanie, avec le fil récupéré sur la cote de maille de l'oncle Bastien, alors qu'il guerroyait en compagnie des preux de Jeanne d'Arc, et que ce ne fut que ce que l'on récupéra de lui après le passage des anglais.

    Raymond est un magnifique chevalier, fortuné de surcroit, venu récupéré sa baballe tombée de l'autre coté du mur mitoyen, alors qu'il était en vacances et jouait avec son pékinois. Blanche à seize ans, il lui plu, elle l'aima, lui aussi, ils se fiancèrent en se jurant un amour éternel !

     

    Que crotte de crotte, au bout de quelques jours durant lesquels ils se voulurent de plus en plus, le roi rappela au chevalier qu'il devait se rendre en nouvelle France pour combattre les iroquois, dont par oui-dire, il n'aimais pas la coupe de cheveux.

    Seigneur, qu'ils eurent de la peine à l'idée de se séparer... Elle était si douce à vivre la belle France, avant le temps où son président aurait été bien inspiré de changer son gouvernement puis, de se changer lui-même en tirant son remplaçant à le courte paille !

     

    Arrivé à destination Raymond, regretta bien vite le château familial, son pékinois, sa baballe et sa fiancée, car les hivers étaient rudes et les iroquois maladivement fiers de leur coiffeur se la jouait péteux tel Montebourg avec sa caferière et sa belle marinière rayée.!

    Et durant tout ce temps Blanche se morfondait, elle se morfondait tant qu'elle décida de rejoindre son bien-aimé y compris à la rame et en pédalo si le prix du billet était trop onéreux : Par chance, elle n'eut pas à la faire car le roi réquisitionna son frère en renfort et pour excuser cet entorse à la constitution lui permis d'emmener sa soeur avec lui.

     

    A la fin d'octobre, le navire arrivé à la hauteur de Terre Neuve, se vit soudain annoncé par la vigie accrochée au grand mât l'apparition d'un vaisseau pirate arrivant à bâbord, à toutes berzingues.

    Le capitaine un homme normal, en tous points ordonna aussitôt à ses marins de s'armer d'autres choses que de paroles idiotes et de combattre de leur mieux car ils étaient presque tous des novices.

    Ce fut horrible, les pirates se lancèrent à l'abordage et sans même en référer à leur chef s'emparèrent du navire et de son contenu. Puis ils firent des prisonniers, dont Blanche, qui trembla beaucoup pour la virginité qu'elle gardait pour Raymond.

     

    L'apercevant tout à la fois si belle et paniquée, le pirate chef décida d'en faire son épouse et de laisser la vie sauve à son frérot !

    Bref, Blanche fit semblant d'accepter et au moment de dire "oui", au Père Iscope, l’aumônier du bord, elle s'échappa, sauta par dessus le bastingage et disparut dans les flôts bouillonnants.

     

    Le lendemain, après que la brume qui avait tout envahi se fut dissipé, l'on aperçut une énorme masse : C'était le "Rocher Percé", lequel semblait flotter près du rivage, telle une menace impitoyable et mystérieuse au dessus duquel l'on distinguait vaguement la jeune Blanche de Beaumont, lançant des anathèmes virulents en direction du vaisseau.

    Quand au chevalier Raymond de Nérac, il périt peu après, capturé par les iroquois, à qui il avait volé leur boite de gel coiffant !

     

    A demain mes ami(es). merci de votre fidélité et n'oubliez pas "Et Op, un p'tit com pour Nettoue".

     

    (publié le 21 septembre dans "Énigmes de l'histoire")

     

     

     

    Yahoo!

    25 commentaires