• Attendrissement devant l'école d'autrefois !!!

     

     

     

    A tout bientôt mes ami(es), je vous embrasse.

     

    (Publié le 9 décembre dans "Le temps d'avant")

     

     

    Yahoo!

    27 commentaires
  • Ratisser jusque dans les caleçons...

    Et tout ça pour tenter de faire oublier à la France que la promesse phare du roi des affabulateurs, à savoir la "descente de la courbe du chômage devant commencer à la fin de l'année" est d'une indigence et d'une imbécilité innommable !

     

    L'on a beau y être soumis depuis 18 mois, cette fois ci la ficelle est un peu grosse et surtout très dangereuse, car Corne de bouc, il n'est donc pas venu à l'idée des cerveaux atrophiés du gouvernement que pénaliser à ce point les consommateurs de putes va faire grimper le niveau des viols, sans compter les effets secondaires que vont subir les moins atteints, car certaines pratiques vont trouer encore davantage le gouffre de la SECU : Dame les entorses du poignets, et les frustrations diverses conduisant aux dépressions des enragés des porteurs de (Kangourou), ça va lui  couter des sous ça : Enfin quand je dis "lui couter", je veux dire nous couter, bien sur !

     

    Il semblerait que l'on va indemniser ces dames mises au chômage, soit cela part d'un bon sentiment, mais je me demande si la chose va être un simple forfait ou au contraire calculer aux nombre de passages dans l'outil de travail, et dans ce cas comment le mesurer ? A l'usure dudit objet, car je doute fort qu'elles en tiennent le compte, d'ailleurs comment ? La plupart ne connaissent pas un mot de français !

     

    A tout bientôt mes amis, je vous embrasse

     

    (publié le 6 décembre dans "Pauvre monde")

     

    Respect et tristesse, vous avez été un grand homme monsieur Mandela, un de ceux de la race des "vrais héros"

     

    Yahoo!

    40 commentaires
  • Juste vous dire que je vous aime tous, que je pense à vous, et que je reviendrai bientôt !

    J'ai des problèmes, vous avez du vous en douter, mais vous me manquez car les instants passés ensemble sont des moments de bonheur !

    Je vous aime...

    Nettoue

     

    (publié le 17 octobre dans "Coup de tristesse

     

     

    Yahoo!

    86 commentaires
  • didier-demain.jpg Elle s'appelait madame Lame, et était très âgée : A l'époque, on disait vieille, à présent l'on n'ose plus, il ne s'agit pourtant pas d'un affront !

    Avait-elle un prénom ? Emmeline peut-être, mais personne ne s'en souciait, surtout pas nous, les enfants du (13) !

     

    Nous, qui l'a voyons passer chaque jour, à pas lents, précautionneux, économisés comme pour s'en garder pour tout à l'heure, pour demain, pour après peut-être, pour, si la chose restait possible, ne dépendre de personne... un jour... ou un... autre ! 

     

    Elle descendait les escaliers en se tenant à la rampe de fer forgé, vêtue d'une de ses deux ou trois sempiternelles robes, cent fois reprisées, un million de fois lavées, posée sur des jupons dont l'ampleur effleurait le cuir de ses bottillons bien cirés.

    Son visage pâle, cireux même, porteur d'un long nez aux narines délicates et un peu pincées,dominant ses traits creusées de larmes versées,  tout au long d'une vie sans confort, était bienveillant et s’efforçait au sourire lorsque nous la croisions dans la cour commune, aux pavés usés.

     

    Je ne savais pas que je me souvenais d'elle et pourtant, aujourd'hui, au travers du voile de mes pensées de jours anciens, je la revois avec une netteté que je ne supposais pas !

     

    Je la revois, passant pour aller chez notre propriétaire, son petit bidon à la main, se chercher sa survivance du jour... Elle s'en revenait encore plus discrètement , les yeux un peu plus baissés, le dos un peu plus courbé, en pensant sans doute que c'était là la volonté de Dieu !

     

    Ombre silencieuse que je voyais sans voir, je ne savais pas que je me souviendrais de vous !

     

    En dehors du soutien de madame Baron-Duclos, de quoi vivait-elle ? Des miettes de la pension de son défunt mari ? On lui disait madame avec un grand respect, allez savoir pourquoi ? Peut-être, parce-qu'en tout, elle nous paraissait digne ! Elle avait donc eu un époux, été jeune et belle dans son regard ! Il lui avait  fais l'amour et elle avait soupiré d'aise quand il lui disait "Je t'aime" : Y pensait-elle encore, à présent, dans sa solitude si pauvre ? Au long de ce temps immuable, celui d'hier, et qui est aussi celui de demain ?

     

    Madame Lame, était très pieuse, et elle s'en allait aux offices coiffée d'un grand chapeau noir, aux ailes semblables à celles des corbeaux, dont je suis sur, nous n'avions jamais eu l'envie de nous moquer...Ce drôle de chapeau avait aussi un gros noeud agrafé sur la nuque, et jamais non plus la tentation de le dénouer nous était venue, lorsque assis derrière elle, nous écoutions sa messe !

    Et puis elle égrenait aussi son chapelet en remuant les lèvres, le chuchotis était à peine audible, sauf quand un peu d'air sifflait entre le trou noir de ses dents., après avoir posé sur ses genoux des gants tricotés à coté d'un missel à la couverture usée et sans couleur !

     

    Douce, ombre passante, noyée dans mes avants, , je ne savais pas que je me souvenais de vous !

     

    Parfois, rarement, elle demandait à l'un ou l'autre de notre joyeuse bande, d'aller lui chercher un peu de sel ou de lait, au < Docks franc-comtois >, le plus souvent c'était à Didier qu'elle s'adressait et je fus longue à comprendre pourquoi ?

    Et puis, un jour, je m'aperçus qu'il lui ramenait discrètement du bois mort, après avoir disparu dans les collines de Rosemont et de Chaudanne, et je sus :

    --- Pourquoi, lui fais-tu ses courses s'enquirent un jour  sans autre malice, nos amis, elle ne donne jamais de bonbons !

    Didier, devint alors tout rouge et répondit :

    --- A moi, elle donne un baiser...

     

    Je sais maintenant pourquoi, je me souviens si bien d'elle en ce moment. Nous approchons du  jour de Toussaint , et mon frère Didier, je ne l'oublierai jamais !

     

    A vendredi mes ami(es). merci de votre fidélité et n'oubliez pas "Et Op un p'tit com pour Nettoue".

     

    (Réedité le 30 octobre, dans "Vous dire")

     

    Yahoo!

    106 commentaires
  • Irritant, extravagant, une imense culture et d'un talent rare ....

     

     

     A mercredi les ami(es), merci de votre fidélité et n'oubliez pas et "Op, un p'tit com pour Nettoue"

     

    (publié le 28 octobre dans "Spectacle chez nettoue")

     

    Yahoo!

    33 commentaires