• Le Mégotier, du temps d'avant !

     Le Mégotier,Parfois, lorsque les métiers de la terre ne parvenaient pas à nourrir tous les fils de la ferme familiale, l'un ou l'autre se louait dans les régions où des fermes plus importantes embauchaient à l'année : Considéré comme une fatalité souvent, ça n'en était pas moins un crève-cœur...

     

    Ceux, moins attiré par la vie aux champs voir, tout simplement curieux de s'en aller espérer ailleurs allaient tenter leur chance à la ville : C'est ainsi, que l'on pouvait croiser des hommes issus des campagnes devenus charretiers, égoutiers, éboueurs, potiers ou chiffonniers. Mais il y avait aussi les moins attirant pour le citadin imbu de ses rideaux aux fenêtres... ces paysans, ne parvenant pas à s'ôter le "parler du pays natal", de la bouche, ne sachant pas toujours lire correctement et encore moins écrire, ceux dont on se moquait avec autant d'imbécilité que de cruauté.

     

    Alors, le Joseph, l'Antoine et l'Arsène ne baissant la tête pour que l'on ne voit pas le rouge de leur front, s'en devenaient mendiant ou mégotiers se qui revenait à peu près au même puisqu'une grande partie de leur travail se devait être fait en rampant sur les genoux.

    Dame ! C'est que les précieux mégots se trouvaient souvent là où en sortant su spectacle ou d'un bon restaurant, les bourgeois indifférents les envoyaient, soit négligemment, soit pas malice sous les tables d'une terrasse, les roues d'une voiture ou même les poussait du pied sous les portes cochères rasant le sol de peu !

    Là, il fallait alors se servir d'un mince crochet à long manche et se relever souvent sous les moqueries.

     

    Pour tout pécule en dehors des hardes de tous les jours, l'exilé ne possédait, soigneusement emballé dans un sac de jute, logé dans une chambre misérable louée pour quelques sous, que le bel habit régional dont l'image était enfouie au fond du cœur avec le souvenir des grandes prairies fleurant bon le foin fraîchement coupé !

     

    Les bouts de cigares représentaient une aubaine pour laquelle on se bousculait et aurait été jusqu'aux coups si la peur d'être ramassé par un policier désœuvré trouvant là son exploit du jour....

    Le soir, voyait les Mégotiers décortiquer, trier et tamiser leur modeste butin. Ensuite le tabac récolté était humidifié puis pétri et mélangé avec une grande minutie avant d'être enfoui dans les paquets vides récoltés auprès des éboueurs, lesquels, par gentillesse ou pour quelques centimes les laissaient se servir dans les ordures venant d'être balayées.

     

    Présentés du mieux possible, les paquets rafistolés étaient ensuite proposés aux classes sociales juste un peu moins démunies qu'eux / Ces acheteurs là, utilisaient le produit pour priser ou chiquer.

    (Au moment du décorticage, l'humiliation suprême était souvent d'avoir affaire à des mégots de cigarettes roulées à la main, jaunis et encore baveux de salive gluante). Alors, la gorge serrée, après s'être bien lavés les mains dans le seau d'eau puisé à la fontaine publique, le Mégotier  tentait de s'effacer la souillure en ouvrant, telle une relique, le sac qui contenait le bel habit régional... Le contemplait en retenant avec peine des larmes douces amères, puis le caressant du bout des doigts rêvait au temps pas si lointain où avec  les Antoine, les Joseph, et les Arsène, il dansait aux fêtes de villages avec des jolies filles en robes fleuries et à la coiffe empesée...

     

    A demain mes ami(es). Merci de votre fidélité et n'oubliez pas "Et Op, un p'tit com pour Nettoue.

     

    (réédité le 27 juin dans "Je me suis laissé dire"

     

    Yahoo!

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    25
    nettoue Profil de nettoue
    Vendredi 28 Juin 2013 à 16:58

    Bonjour Gilles

    Le temps est à la recherche dans les poubelles de sipermarché, nous régressons Giles, et la faute ne nous incombe pas !

    pauvre pays de France !

    Je vous embrasse

    24
    Vendredi 28 Juin 2013 à 11:35

    Bonjour Nettoue,

    Je me coucherai en étant un peu moins bête ce soir, car voila quelque chose que j'ignorais et que tu m'apprends. Merci !

    Bises et belle fin de journé et de semaine

    Dominique

     

    23
    Jeudi 27 Juin 2013 à 20:19

    bonjour Nettoue  lorsque j'etais plus jeune jai connu  quelques ramasseurs de megots    qui    ne faisaient que cela  a longueur  de journée    ensuite ils decortiquaaient pour en faire des roulées  beurk     bisous

    marcel

    22
    Jeudi 27 Juin 2013 à 19:44

    C'est sur que la vie cette époque était trés dure , mais les gens n'avaient pas le choix , tout ça a bien changé , et pas forcémént en mieux !!!


    Bonne soirée et Bonne continuation

    21
    Jeudi 27 Juin 2013 à 18:06

    tu vas rire...j'avais pas mis le bon lien!!! j'allais sur OB sans m'en apercevoir car c'est pas marqué...j'me disais c'est pas possible qu'elle n'écrive plus!!!!!!!!! bon allez je le change!!! bisous ma nettoue!

    20
    Jeudi 27 Juin 2013 à 17:52

    Voilà encore un boulot qui disparaît de la circulation, vu qu'on n'a même plus le droit de fumer!

    Dommage parce que le retour de la misère noire, c'est pour bientôt, je le crains.

    Gros bisous.

    19
    Jeudi 27 Juin 2013 à 16:17

    bonjour NETTOUE

    qu elle belle histoire tu nous as écrit  et vrai et malheureusement la misère était là  les gens faisaient tout pour s en sortir  qu elle horreur pour eux c est sur ramasser des mégouts sans doute des personnes qui devaient être malades  je voulais dire que tout simplement c est une tristesse  et oui et la fin m a émue terriblement de ce que pensait cette personne merci à toi Nettoue de nous avoir fait vivre ce cotidient de temps là

    mais tu sais quand j étais sur Nanterre  avec mes Parents dans ce temps là  il y à l hopital de NANTERRE qui recevait les personnes sans domicile fixe alors ils mettaient les femmes d un coté et les hommes aussi  ils leur faisaient prendre la douche et les habillaient en costume bleus pas beau et les femmes en tailleurs la mêmes coulezurs donc ils travaillaient à l hopital menages  servaient les malades   les hommes eux ballaient les allées dehors  ,peintures menuiseries excttttttttttttt tu voix  ils étaient loger nourrir exctttttttt mais leur jour de congé ils ramassaient les bégos  et les fumaient alleaient boirent un coup et si ils étaient suolllll pas le droit de les toucher n y les ramasser un auto car venaient et les jettaient dedans  cela ce fait toujours mais ne servent plus les malades et ne font plus le ménage dans les chambres  les hommes eux les plus hardi continuent a travailler mais tu vois c est la misères mais bon pas comme ton Histoire  ,l hopital de NANTERRE était une Prison avant et là elle appartenait à la MAIRIE de PARIS au temps de CHirac quand il éttait Maire et continu appartenir a la Mairie De Paris il y a toujours  un auto car de flic qu ils font le ramasse de certaines personnes dans les rues et les emenent a L hopital  une douche tout ensembles les hommes et de l autres coter les femmes et dorment la nuit et ils repartent le jour la misère est partout sur cette planête malheureusement bon Jeudi et profite bien bisous DANNNN

    18
    Jeudi 27 Juin 2013 à 15:22
    17
    Jeudi 27 Juin 2013 à 15:21
    16
    Jeudi 27 Juin 2013 à 15:20
    15
    Jeudi 27 Juin 2013 à 15:18

    Bonjour ma Nettoue,

    C'est émouvant ton texte.

    Il ne faut pas rire, se temps rerviendra peut-être plus vite qu'on ne pense.

    La misère s'installe partout.

    C'est triste. Le monde va mal.

    Restons zen !

    Bonne fin de journée ma belle, gros bisous.

    14
    Jeudi 27 Juin 2013 à 14:55

    Je me souviens de cette histoire, j'ai vu des vagabons en ramasser encore de nos jours. Bon jeudi

    13
    Jeudi 27 Juin 2013 à 14:16

     certains en profitent pour réduire les autres 

    très dur labeur parfois humiliant

    douce journée de jeudi

    gros bisous 

    12
    Jeudi 27 Juin 2013 à 14:13

    le beau costume brodé des bretons, que l'on gardait précieusement tant il avait couté de travail et de coups d'aiguilles au brodeur, pas beaucoup  plus argenté et qui passait de fermes en fermes, devenu inutile pour cause de costumes en polyester chinois, il a rejoint la masse des mégotiers et des souvenirs perdus

    bisous ma belle 

    11
    Jeudi 27 Juin 2013 à 13:29

    Je me souviens très bien de ton récit, Nettoue. Il m'avait tant émue !

    Bisous et douce journée.

    10
    G.Mevennais
    Jeudi 27 Juin 2013 à 11:37

    Voilà encore un article plein de bon sens et ... d'actualité. Toutes proportions gardées bien sûr, essayons de rester objectifs, cependant force est de constater, qu'actuellement, la misère s'étend. Prenons garde, nous n'en avons encore vu que les prémices et "l'aisance relative" dont bénéficient beaucoup d'entre nous pourrait bien fondre, prochainement, comme neige au soleil.

    Bises, chère Nettoue.

    N.B. de mail, je n'ai rien reçu. Pas de problème, chère amie, cette histoire de "serpent" m'a fait plutôt rire, mais, par contre, vous lire est un bonheur sans cesse renouvelé.

     

    9
    Jeudi 27 Juin 2013 à 11:30

    Une très émouvante remontée dans le temps...

    Bises

    8
    Jeudi 27 Juin 2013 à 11:20
    patriarch1

    Cela se fait même dans les poubelles en bas de chez nous.... Bises de nous deux  et bonne journée

    7
    Jeudi 27 Juin 2013 à 10:46

    Je trouve qu'iln'y a pas beaucoup d'évolution! Hier est pareil (presque ) qu'aujourd'hui et à demain ...à moins que???!!!

    6
    nettoue Profil de nettoue
    Jeudi 27 Juin 2013 à 10:29

    C'est vrai Pangloss, sans compter les banques alimentaires, et le rammassage des feuilles de choux à la fin des marchés !

    Salut l'ami

    5
    nettoue Profil de nettoue
    Jeudi 27 Juin 2013 à 10:26

    Pépère est capable de prétendre que c'est pour faire faire des économies aux fumeurs, vu le prix du tabac !

    Bisous mon Cricri

    4
    Jeudi 27 Juin 2013 à 10:01

    Je l'avais déjà lu mais c'est toujours aussi émouvant. Aujourd'hui, il n'y a peut-être plus de mégotier. Les pauvres s'approvisionnent dans les poubelles des grandes surfaces où vont faire leurs achats d'un peu moins pauvres qu'eux.

    3
    Jeudi 27 Juin 2013 à 09:04

    La nostalhgie n'est plus ce quelle était !

    Jean-Claude

    2
    Jeudi 27 Juin 2013 à 08:47

    Maintenant on se fait enfumer

    par Pépère et ses sbires....

    Bises ma Nettoue

    1
    Jeudi 27 Juin 2013 à 08:38

    un temps où l' assistanat n' avait pas cours, mais on constate aujourd' hui ses dérives !

    Il faut dire qu' il est aberrant de constater que plus il y a de demande d' emplois, plus on construit de robots remplaçant les hommes !

     bonne journée

     bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :