• Je sais, que je n'oublierai jamais...

       saint-michel 3 

     

     

    Celui que je n'oublierai jamais, je l'ai rencontré place St-Michel, mon lieu de prédilection entre tous ! J'en aimais son petit monde grouillant, avançant sans y penser, sans  voir,vraiment,  les yeux perdus dans son ailleurs personnel !
    J'aimais les quais, tout proches, bordant la Seine...Je me revois, en effleurant la surface, d'une main que je retrouvais sâle, mais heureuse !

    J'aimais ses bouquinistes, aux négoces accrochés aux parapets, d'un pittoresque, voulu, sans doute, mais empli de rien et de touts, merveilleux : Un vieux pastel, un cadre ancien, des chansons aux paroles et musique, imprimées sur du papier fané avec les photos de Tino Rossi, à ses débuts, de la dame Fréhel, de Josèphine Baker...

    Des artistes fauchés, te proposait de faire ton portrait en trois coups de crayon, d'autres de t'emmener diner, en souriant, sans y croire... Je regardais l'eau promener ses bateaux-mouches, les tours de Notre Dame, fendre le lointain, de leurs lignes pures où s'accrochaient les gargouilles...


    Ce jour là, je traversais la place, portant des chaussures découvertes, il faisait le chaud d'un beau mois de juillet.... Et c'était, il y a une vingtaine d'années, un temps où j'allais à Paris, souvent dans le cadre de mon travail. Mon job, s'était le monde de la mode... Un grand magasin à Mulhouse, et la supervision de plusieurs éparpillés dans l'est et le Nord de la France.
    Dans la capitale, j'y allais voir les collections, et fréquentais beaucoup, la rue du Sentier, pour les achats < coups de coeur >...

    En avance pour retrouver un homme, qui m'étais proche,, je flânais... Et puis, j'ai marché sur un morceau de verre, caché sous les papiers qui jonchais le sol. Le sang à giclé ! et ne sentant pas encore, la douleur, je  l'ai regardé bêtement se répandre dans la poussière... J'ai dù titubé, un peu, à peine, vaguement effrayé !

    Et tout ce monde, à l'habitude indiffèrente, ce monde en dehors de toi, de ta présente déroute.

     

    Et puis, il arriva,avec ses cheveux hirsutes lui tombants au milieu du dos, à peine retenu sur le front par un bandeau noir... Il venait de se détacher du groupe de hippies agglutinés autour de la fontaine qui baignaient les pieds de son archange, depuis cent mille ans.
    Des coquillages reliès les uns aux autres, entremêlés de dents percées,  souvenirs attrapés au long de marche de vie au jour le jour... lui entouraient le cou.

    Il arracha le bandeau noir  et se mit à genoux pour éponger mon sang. Puis il m'entoura de ses bras, et m'emmena , à la fontaine, où il se mit en devoir de continuer, encore et encore, à nettoyer  le sang qui ruisselait . De temps à autre, il relevait le tête et me réconfortait d'un sourire..

    De lui, je ne voyais alors qu'un regard vert, très beau,  et à nouveau sa somptueuse chevelure bouclée. j'avais envie d'y enfouir mes doigts comme ça, simplement, parce-que cet instant était la parenthése absolue.

    Par des mots que je ne compris pas, mais que mon coeur entendit, il me demanda d'attendre  quelques minutes assise avec ses amis.
    Quand il revint, il avait des pansements et du désinfectant dans ses  grandes mains brunes. Il  nettoya ensuite, ma chaussure et m'aida à me relever... Lorsque j'ai voulu, lui donner de l'argent, pour au moins rembourser sa dépense, il recula...

    Le coeur au bord des lèvres, j'ai tendu la main, alors, il m'a demandé de l'embrasser: Sa bouche était tiède sur la mienne au gout salé de larmes. Chaste baiser de presque enfant, baiser hors du temps !
    Ensuite, en songeant qu'il venait sans doute, de se démunir, pour moi, de ses repas du lendemain, j'ai réussi à glisser un billet de 50 francs dans la poche de sa chemise en coton indien.

    On s'est dit au revoir, car celui que j'attendais arrivait... Il s'est encore approché de moi, m'a embrassé à nouveau... est parti ! Je pleurais et ce n'était pas du, à la douleur de ma coupure, si profonde fut-elle !
    Le soir dans ma chambre d'hotel, j'ai retrouvé le billet froissé enfoui dans mon sac de cuir blanc tréssé... Je l'ai gardé...

      il y a longtemps , de cela, ce fut un temps de vie si court., j'y reviens en pensée les jours où, ses choses ne vont pas aussi bien que ça !

     


    A demain mes ami(es), merci de votre fidélité et n'oubliez (Et Op, un p'tit com pour Nettoue)

     

    krikri

     

    Réédition pour cause de petits ennuis passagers,  puisque je ferai les visites habituelles et toujours avec le même plaisir.. Je ne crois pas à la tendresse ou à l'amitié virtuelle. Je crois que vous, ma grande famille de blogueurs, que je fini par connaître assez bien, êtes vraiment mes amis ! Je me réjouis souvent de vos joies et ai mal de vos peines et de vos soucis. 

    J'ai choisi cette réédition là parce-qu'elle m'à été souvent demandé, et aussi, je l'avoue parce-que ce souvenir me fais toujours très chaud au coeur.


    Yahoo!

  • Commentaires

    97
    Dimanche 16 Novembre 2008 à 07:10
    Oublier, un ami, comme Marc ? Jamais ! Je viendrai chercher ma couronne, merci, Melly ! et bon dimanche
    Nettoue :D
    96
    Samedi 15 Novembre 2008 à 19:47
    juste un petit coucou, pour te dire de venir prendre ta "couronne" pour avoir voté si assidument sur VNB !!!

    (et hop un dernier vote avant MINUIT ?)

    merciii !!!

    et n'oublie pas MARC de Mets, notre Messin et Messie !
    95
    Vendredi 14 Novembre 2008 à 08:16
    Souvent oui, mais pas toujours ! Tu sais mon ami, l'amitié est rare certes, mais réelle , plus souvent qu'on ne se l'imagine..
    amitiées  F L B , mon ami..
    Nettoue :D
    94
    Vendredi 14 Novembre 2008 à 08:14
    Il y a des jours comme ça.; Où l'on a envie d'un partag avec ses amis
    Je t'embrasse dom
    Nettoue :D
    93
    Vendredi 14 Novembre 2008 à 08:12
    Oui, c'est un amour de petite poilue
    Bises Dom
    Nettoue :D
    92
    Vendredi 14 Novembre 2008 à 08:11
    Oui, Serge, c'est tout à fait cela
    Bisous mon ami
    Nettoue :D
    91
    Vendredi 14 Novembre 2008 à 08:10
    Tu as raison ma Secrete, on oublie jamais, et toi avec ton extrème sensibilité, qu'en dire ?
    Bisous ma trés chère amie
    Nettoue :D
    90
    Vendredi 14 Novembre 2008 à 08:09
    Bien sur, il y a des choses qui restent gravées... Merci, Cory
    Nettoue :D
    89
    Vendredi 14 Novembre 2008 à 08:06
    On dit qu'il n'y a que les montagnes qui ne se rencontrent pas...
    Bisous Tabellarius
    Ton amie Nettoue :D
    88
    Vendredi 14 Novembre 2008 à 08:05
    Clac
    Je t'embrasse
    Nettoue :D
    87
    Vendredi 14 Novembre 2008 à 08:04
    L'as-tu, au moins bien fâtée ? Comme il se doit ! Bisous Cricri
    Nettoue :D
    86
    Vendredi 14 Novembre 2008 à 08:03
    En effet, cjère Josy, elle est inoubliable !
    Amicalement
    Nettoue :D
    85
    Vendredi 14 Novembre 2008 à 08:02
    Dis in petit bonjour à la fontaine et à ses marches de pièrres, ma chère Djidji.. pour moi
    Bises amicales
    Nettoue :D
    84
    Vendredi 14 Novembre 2008 à 08:01
    L'essentiel est que l'on se < voit >, merci de ce coup de vent, ma petite Nath
    Cent bisous
    Nettoue :D
    83
    Vendredi 14 Novembre 2008 à 08:00
    Merci, Talant . c'est en effet un souvenir imp'issable pour moi; et je vois que tu as compris mon émotion !
    Bisous à toi
    Nettoue :D
    82
    Vendredi 14 Novembre 2008 à 07:58
    Tu sais, bien quand je l'ai écris, n'est-ce-pas ? Je te l'ai dis aprés.. Cent bisous pour toi, ami Marc
    Nettoue :D
    81
    Vendredi 14 Novembre 2008 à 07:57
    Celui de Colombo, bien entendu... Gros bisous, mon ami Tabellarius
    Nettoue :D
    80
    Vendredi 14 Novembre 2008 à 07:56
    Bien sur, mon Loïx. Je me sens bien dans tes < racines > , ells me deviennent familières
    Je t'embrasse
    Nettoue :D
    79
    Vendredi 14 Novembre 2008 à 07:55
    Il y a longtemps que je n'y suis pas retournée. Mais on pourrait se rencontrer, en amis.. Par hasard, et aller manger une pizza, en parlant de nos amis blogueurs... Va savoir  ? Le monde est fait de hasard
    Je t'embrasse Jean Marc
    Nettoue :D
    78
    Vendredi 14 Novembre 2008 à 07:52
    Bonjour Robinson, hier soir, chez-toi j'ai eu les larmes aux yeux, Un bonheur, de te connaitre
    Amicalement
    Nettoue :D
    77
    Vendredi 14 Novembre 2008 à 07:51
    Tu as trouvé le mot juste. Précieux, ce souvenir m'est précieux
    Amicalement Nettoue :D
    76
    Vendredi 14 Novembre 2008 à 07:49
    Tu aime Brassens, je savais bien, que s'était un heureux hasard, qui m'a fait de connaitre par l'intermèdiaire de ma petite soeur de vie
    Bisous Pierrot
    Nettoue :D
    75
    Vendredi 14 Novembre 2008 à 07:48
    tu es bien dynamique depuis le matin ma petite Dom, enfin ton giff, Bisous Nettoue :D
    74
    Vendredi 14 Novembre 2008 à 07:47
    Je ne l'ai jamais revu chère Immuable ! Et je vais te dire, pendant longtemps, j'allais me promener sur les quais, sans traverser cette place. Je savais que j'aurais du mal à regarder la fontaine sans avoir les larmes aux yeux. Je n'y suis repasser qu'avec mes enfants pendant des vacances..; Je t'embrasse
    Nettoue :D
    73
    Vendredi 14 Novembre 2008 à 07:44
    Oui, Jacques, et je me suis logé ce souvenir bien au chaud au fond du coeur.. et puis, comme il refait surface, de temps en temps, j'ai voulu le partager avec mes amis...
    Cent bisous Jacques
    Nettoue :D
    72
    Vendredi 14 Novembre 2008 à 07:42
    Ce fut une rencontre inoubliable, avec quelqu'un que je n'ai jamais revu
    Bises, mon amie
    Nettoue :D
    71
    Jeudi 13 Novembre 2008 à 12:56
    Quel beau texte!
    Qu'une personne qui nous as touché quelques instant puisse se marquer avec tant de force dans l'esprit.
    70
    Jeudi 13 Novembre 2008 à 08:48
    Bonjour Nettoue
    Quel merveilleux souvenir !! ça existe le desinteressement!! la preuve!!
    9a n'arrive pas souvent dans une vie tu peux me croire
    Bisous a toi et bonne journée
    Jacques
    69
    Jeudi 13 Novembre 2008 à 08:37
    comme j'ai bien fais de passer par ici belle Nettoue ! je vois que nous avons un point commun ! j'asore saint-michel c'est mon lieu de prédilection, mon endroit à moi (oui j'aime à penser ça...) ton récit m'a vraiment émue ! mais je reste curieuse... ce garçon tu l'as revue ou non ???? c'est ton mari actuel ??? ba voui de bon matin il faut tout m'expliquer à moi !! bisous
    68
    Jeudi 13 Novembre 2008 à 05:44
    un billet pour un billet...je suis sur que ça me rappelle quelque chose...(non, j'avais pas les cheveux bouclés!) quelque chose que j'ai vécu et qui ressemble à ça...enfin...les passantes de Brassens
    67
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 23:54
    Notre présent est fait aussi de souvenirs, gardons précieusement ceux qui ont la coloration de celui-là.
    66
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 22:31
    Les mots sont sincères quand ils disent les choses aussi simplement...pureté (l'eau), tendresse (le baiser), amour (ça passe à travers le regard que tu poses sur lui (quelqu'un de plutôt "en marge")... Je m'aperçois que le "tu" m'a échappé...
    Je suis à vos pieds, Princesse, pour m'entendre dire des mots aussi beaux !
    A tout bientôt!
    65
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 21:22
    J'aime beaucoup tes mots Nettoue, un peu de nostalgie mais que du bonheur tu as véçue. Un beau quartier où j'aime aussi flâner les jours d'été.
    Je t'embrasse Nettoue et à très bientôt 
    64
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 19:11
    Bonsoir, je n'ai pas réussi à finir assez tôt pour venir ce soir, plus tôt. Je vais seulement te dire bonsoir, j'ai la tête pleine ! Merci de ta fidèle présence sur mon blog. Amicalement. Loic
    63
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 18:50
    T'chao... je viens de lire ton pigeon, le mien n'est pas encore plumé... Tu as dis bizarre comme c'est bizarre.... Bon, je m'en vais mettre mon perméable et humer l'atmosphère.... GGGGGGGGros bisous à peluche
    62
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 18:25

    Je passe Nettoue dans tes mots pour le plaisir

    Je les sais bientôt être suivis d’autres en devenir

    Je sais d’avance que beaux seront ceux à venir

    Je ne me donne ce soir que le temps de te le dire

    J’aime te lire quand tu réussis à nous attendrir

    J’ai envie dans tes mots là de m’y maintenir

    J’ai pourtant d’autres affaires que je dois finir

    Je vais tout doucement avant de m’en repartir

    Tout en amitié pour toi simplement amitié te redire

    <o:p> </o:p>

    Je t’embrasse, Marc de Metz.

     

    61
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 17:27
    Oh Nettoue ..que c'est beau..
    J'adoOOOoore ..tu écrits tellement bien..
    d'un coup je m'y suis retrouvée à la fontaine St Michel..baignant dans une nostalgie d'une époque qui n'est plus ..snifff
    Trés beau
    bISOUS DU SOIR
    60
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 17:10
    un p tit coucou vite fait
    pas le temps de prendre un café merci
    gros bisous
    nath
    59
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 17:06
    une belle histoire de la vie, et qui plus es " gratuite", car l'amour sans amour exciste, et c'est beau
    Paris nous y allons entre Noel et jour de l'an, et je crois que le quartier St Michel fera partie de la balade, entre autre
    Bonne soirée  .Gros Bizous.  Fichier hébergé par Archive-Host.com
    58
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 16:27
    C'est une très belle histoire, je comprends qu'elle soit inoubliable.
    57
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 15:50


    Merci d'avoir pensé à ma fête,
    tu es adorable ma chère Nettoue
    56
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 15:11
    Clic!
    55
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 13:54
    T'chao mon amie.. Coucou du job, ou comme tu peux le constater puisque je t'écris, je suis a fond !!!!
    Tu aimerais rencontrer la personne en question... Yes or not... Not je pesnse que la magie du moment serait rompue... yes drôle de voir se au'il est devenu... Je vias lancer les chiens sur la piste !!!
    Tu sais le plus drôle serait qu'il te lise.. Tu imagines ??
    Allez a peluche, gros bisous
    54
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 10:46
    je me souviens, moi aussi ! encore aujourd'hui !!! ...
    53
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 08:59
    hier,je suis passée en silence,puis,je t'ai parcourue,et........
    J'ai vu ta petite frimousse!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    C'est areable de mettre un visage sur un speudo.

    Ton petit conte du jour,amour passé, savouré, perdu???
    Je pense que les souvenirs sa gardent a vie,on n'oublie jamais...
    Bien a toi gente dame.
    52
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 07:45
    on a  tous en nous le souvenir secret d'une voir plusieurs rencontres brèves mais qui nous laisse sur un sentiment d'inachevé..
    bonne journée
    bisous
    51
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 07:29
    Merci, Kania. Ton avis m'est précieux, toi mon asociale ! Et sabre de bois, fais attention à ta ligne
    Je t'embrasse
    Nettoue 8)
    50
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 07:27
    Merci Carole. Bonne journée, mon amie
    Nettoue :D
    49
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 07:24
    Pas de problème mon ami Tabellarius. On est plein d'amitié l'un pour l'autre, n'est-ce-pas ?
    Gros bisous
    Nettoue :(
    48
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 07:18
    Mille bisous, emmêlés dans ma profonde tendresse pour toi, ma Charlie !
    Merci, d'être toi, tout simplement
    Nettoue :D
    47
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 07:16
    A ton tour, mon poète, tu me mets les larmes aux yeux ! et ce n'est pas la première fois !
    Je t'embrasse
    Nettoue :)
    46
    FLB
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 07:15
    Emouvant témoignage, l'indifférence reste malgré tout, surtout de nos jours, une constante, hélas !
    Il est vrai que ce genre de rencontre reste marquant, plus peut être, chez des personnes comme toi, sensibles.
    Amitiés
    45
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 07:13
    Un de ses grand gaillard, nommé hippie, à cette époque. Beaucoup d'âmes qui se croyaient bien pensants les critiquaient.. Si, elles avaient su ?
    Bisous Chris
    Nettoue (?)
    44
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 07:11
    J'aimerais, savoir se qu'il est devenu ! Comme ça.. Mais ce genre de petit miracle n'arrive pas deux fois..
    Bisous, mon ami Tabellarius
    Nettoue :D
    43
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 07:09
    Pas, le petit bistro, mais son environnement oui ! Que de rêves tu as dù toi aussi, faire à ces moments là..; raconts-m'en quelques uns, tu veux ? Je t'embrasse, mon amie
    Nettoue :?
    42
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 07:07
    Il n'y avait plus de hippie, n'est-ce-pas, ma chère Solange ! Mais l'endroit a toujours le même charme, ou presque...
    Amicalement
    Nettoue :D
    41
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 07:05
    Toi, mon ami, qui a tellement vu d'endroits différent doit être apte aussi à revivre des instants de pur bonheur , comme celui-là... Ce n'était pas toi, n'est-ce-pas ? Toi, tu aurais parlé la mêm langue que moi
    Cent bisous Marc
    Nettoue :D
    40
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 07:02
    Oui, absolument, sinin, je n'aurais pas mis autant d'émotion je crois ! En l'écrivant cet instant de vie magique m'est remonté avec la même intensité que s'il dâtait d'hier
    J'embrasse ma famille marseillaise, avec un coucou supplémentaire, ç Dimitri, le petite bonhomme aux yeux verts
    Nettoue :D
    39
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 06:59
    C'est gentil. de penser à moi, dans des moments pareils. Nous avons tous et c'est tant mieux, quelque chose de semblable à nous souvenir... Celui-là m'est trés cher
    Gros bisous, Christiane
    Nettoue :D
    38
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 06:56
    Mrci pour ces belles tulipes cher Cricri. Heureuse de partager un instant de vie, qui m'est cher, avec mes amis
    Cent bisous, mon ami
    Nettoue :D
    37
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 06:47
    Un vécu, empli de douceur, je t'assure que j'y ai et y pense encore trés souvent..
    Cent bisous, mon amie ! Le pot de miel, ce sera surement pour le prochain été
    Nettoue :D
    36
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 06:44
    Merci, mon cher Loïc. Bêtement comme ça, je suis en train de me dire, que j'aimerais savoir se qu'il est devenu ?
    Je t'embrasse mon ami
    Nettoue :D
    35
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 06:42
    Bonjour Seb, cette place doit avoir un pouvoir magique
    Amicalement
    Nettoue :D
    34
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 06:41
    Oui, Morli, si on moins on pouvait faire quelques chose de concret ? et tu as bien fait de mettre l'accent sur cette barbarie . Tu as raison, les mouvement hippie, étaient des formes trés pacifiques de rejet d'une certaine socièté ! Ils ne faisaient de mal à personne
    Amicalemnt
    Nettoue :D
    33
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 06:38
    Merci, D I D , Il faudrait que tout le monde ait un aussi grand moment vécu, à se rappeler les jours où les choses de la vie, sont un peu grisatre.
    Bises, mon ami
    Nettoue :D
    32
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 06:35
    Un moment hors du temps, c'est vrai ! Que je n'ai pas évoqué souvent, mais qui me reste trés cher
    Je t'embrasse, ma belle amie
    Nettoue :D
    31
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 06:34
    Bonjour Marlou, je suis heureuse que tu ai apprécié
    Bisous
    Nettoue :D
    30
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 06:32
    Merci, Florence. Depuis que jel'ai revécu, il m'est encore plus présent au coeur
    Bisous
    Nettoue :D
    29
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 06:31
    Merci, Canelle, et ces moments font chauds au coeur, longtemos... Et on s'en rappèle avec beaucoup d'émotion
    Je t'embrasse, mon amie
    Nettoue :D
    28
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 06:27
    Romantique oui, et c'est bien pour cela que je m'en souviens, comme si elle datais d'hier
    Bises amicales Jackline
    Nettoue :D
    27
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 06:25
    Etaistu, un peu hippie à l'époque ? C'est une merveilleuse place. J'y ai vécu, un monde de douceur, en quelques instants
    Cent bisous, mon ami
    Nettoue :D
    26
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 06:21
    Excuses-moi, Marich. Je me souviens trés bien de mini concert, je t'ai même parlé de < Grand corps malade > ! Je devais être fatiguée. Et j'au beaucoup aimé ! Je suis retoutnée souvent au même rndroit, mais sans regarder la fontaine.. Je tembrasse
    Nettoue :D
    25
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 00:18
    Un instant de vie comme j'aimerais à en connaitre toujours plus et tu nous le relates avec tellement de romantisme et de sensibilité que je m'y crois presque ... que j'aurais aimé vivre cette époque ou tout sembler léger mais nous voilà au 21 ème millènaire et lire de schoses comme celle là c'est déjà beaucoup !! Merci Nettoue ... un petit ps : tu m'as laissé un comm aprés le concert d'abd al malik et tu m'y a appelé Babou lol ... moi c'est marich' ... éh éh éh reviens quand tu veux bisou nettoue
    24
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 00:12

    Une immense émotion se dégage de ce récit palpitant d'une brève rencontre qui me rappelle au même endroit que je hantais souvent une autre rencontre que j'ai faite... Et si c'était toi ?... Sourires... Je t'embrasse doucement Nettoue

    23
    Mercredi 12 Novembre 2008 à 00:11
    Une bien belle histoire...romantique à souhait..y a t-il eu une suite ?..bisous à bientôt (merci pour ton soutien sur VNB)
    22
    Mardi 11 Novembre 2008 à 21:36
    On a tous dans le coeur un petit moment de bonheur  non partagé qui nous redonne avec le temps un peu de couleurs aux joues
    bises ma douce et merci pour ce doux moment d'intimité
    bonne soirée
    21
    Mardi 11 Novembre 2008 à 21:28
    un beau texte à relire souvent...Bisous, Nettoue
    20
    Mardi 11 Novembre 2008 à 21:10
    Un récit émouvant et si beau, merci Nettoue, bisous
    19
    Mardi 11 Novembre 2008 à 20:46
    Une belle leçon d'humanité et des souvenirs impérissables
    bravo de toi ma Nettoue
    Mille bises
    18
    Mardi 11 Novembre 2008 à 19:29
    Très beau souvenir, plein de tendresse et d'humanité.Tout est bien rendu avec émotion et sensibilité.Ce souvenir a été prégnant et je comprends que tu aies été touchée : je garde un souvenir ému des hippies de mon enfance, que je croisais;ils étaient fraternels, non violents et solidaires.
    P.S : comme toi, je n'ai pu soutenir la vue de ces barbaries contre ces pauvres bestioles qui ont eu le seul tort de naître, c'est déchirant mais il est vrai que l'auteur du blog a prévenu.
    Bonne soirée : quelle différence entre ton histoire et celles des chiens en Grèce !
    17
    DID
    Mardi 11 Novembre 2008 à 19:29
    Ma chère Nettoue, c'est avec passion que j'ai lu tes mots, ils m'ont empli de bonheur, ce bonheur immense que tu as connu et que tu as bien voulu nous faire martager.
    Très sincèrement, mille mercis Nettoue
    16
    seb
    Mardi 11 Novembre 2008 à 19:18
    C'est sur la place Saint-Michel que Renaud a rencontré son autostopeuse...
    15
    Mardi 11 Novembre 2008 à 18:40
    Eh bien mon amie ! Tu te racontes dans ces rencontres fortuites, sans lendemain, souvent, qui éclairent l'esprit, longtemps...
    Peut-être d'autant plus fortes dans le souvenir, qu'elles ont été chastes, non consommées, gardant tout le mystère de l'imaginaire...
    Joli moment d'humanité, joli souvenir de cette époque encore "baba-cool", joli souvenir d'un temps que, l'âge avançant, il est plaisant de faire remonter. Avec toute mon amitié. Loic
    14
    Mardi 11 Novembre 2008 à 18:14
    merci pour cette émotion partagée avec nous
    c'était tout doux
    et ça fait un bien fou
    et moi qui aie la prétention d'être moins ingrate que les abeilles de ton jardin (!!) je t'embrasse, faute de miel...
    bisou
    13
    Mardi 11 Novembre 2008 à 18:12


    hô quelle belle aventure,
    j'avais vraiment l'impression de ne pas être très loin
    et je regardais la seine scène comme si je te connaissais
    depuis longtemps.
    Mais si je t'assure.
    Dommage le gars, ce n'était pas moi.
    Grosses bises
    12
    Mardi 11 Novembre 2008 à 17:40
    Quel joli récit ma Nettoue je l'ai lu pendant que j'écoutais l'émission de France Inter "Carrefour de Lodeon" et cela m'a beaucoup émue! Ces souvenirs qui se réveillent avec un voile de parfum ou un bruissement de feuilles sont magiques et inoubliables. Tu écris tellement bien, sais tu que je pense qu'il se sont trompés de personne en attribuant le "Goncourt"
    Bonne soirée et gros bisous
    A bientôt
    11
    Mardi 11 Novembre 2008 à 17:36


    Quelle jolie histoire , vraie je suppose , parfois on vit des moments intenses il ne faut surtout pas les oublier , c' est cela les souvenirs qui nous font vivre .

    Gros bisous-poutous de nous 4.

    Mamiekéké et cricri d' amour .
    Sabine et Dimitri ton petit copain.
    10
    Mardi 11 Novembre 2008 à 17:05

    Un très beau souvenir que celui que tu nous racontes Dame amie Nettoue.

    Des hommes et des femmes avec de l’humanité dans le cœur il y en a, il y en a eu et il y en aura.

    Croiser leur chemin ne s’oublie jamais car oui elles, ils sont peu nombreux malheureusement..

    Je suis ému que cela en plus te soit arrivé à Paris car oui alors avec tes mots je me suis aussi fait un très beau film puisque j’ai la chance de bien connaître cette fontaine éblouissante et les quais des bouquinistes qui sont encore les mêmes que ceux que tu nous décries.

    Le billet de cinquante francs rend exceptionnelle cette rencontre.

    Je t’embrasse, bonne fin de soirée, @ bientôt, Marc de Metz.  

    9
    Mardi 11 Novembre 2008 à 16:08
    Ton histoire à fait monter les larmes, tu la raconte avec beaucoup de sensibilité.  J'ai suivi ton parcours, il y a 6 ans lors d'une semaine à Paris notre hotel était près de la Place ST Michel. C'est un très beau souvenir.
    8
    Mardi 11 Novembre 2008 à 14:42
    Ah bah oui, et moi, mon QG d'étudiante, c'était .... la place St André des Arts, tout à côté, avec "la Colombière", le petit bistrot à étage, tu connais ? !!
    une histoire touchante que tu nous contes là ! - et ça arrive ces situations là !

    bisous Nattoue !  
    7
    Mardi 11 Novembre 2008 à 14:37
    T'chao Nettoue... J'avions eu l'envi une seconde de dire une connerie mais c'est impossible devant tant d'émotion que je viens de me prendre dans la tronche. C'est beau, sans chichi. En te lisant je revoyais la photo de Doisneau "le baiser de l'hotel de ville" même ambiance. Suis sur le cul...
    Euh t'imagine ton ténébreux en train de te lire ???
    Bravo ma Nettoue...
    Gros bisous
    6
    Mardi 11 Novembre 2008 à 14:16
    magnifique souvenir!!!!! un ange sortant de la fontaine de l'archange, c'est dans l'ordre des choses! prends soin de toi. chris.
    5
    Mardi 11 Novembre 2008 à 13:39
    Eh Nettoue, t'es con ou quoi de me faire monter l'eau de l'amer dans mes yeux fatigués. Pétard, quelle est belle ton histoire. C'est pas un souvenir c'est un présent que tu me fais là.

    Elle est où ma chroniqueuse qui me fait pisser à la "colotte" ? Ah ! c'est une femme, une vraie, une sensible comme une corde de lyre qui m'emmène dans son délire de beauté de ces instants qui ne durent pas  mais qu'on trimballe toute sa vie dans sa boiboite à sentiments.

    Il s'est fait le plasir de te rencontrer parce qu'il savait ce que t'étais. Tu vois, ce mec,  ce devait être un ange. Si si je le sais.
     Il y a quelques mois, je l'ai rencontré et il m'a dit, Toi, tu vas la rencontrer cette nana qui m'a fait flipper il y a bien longtemps.

    Alors; dis lui que je l'ai jamais oubliée. J'ai même gardé une goutte de son sang pour le mêler au mien sur l'autel de l'amitié vraie.

    A plus ma Nettoue d'enfer, je sais pourquoi tu comptes tant dans mes jours.
    4
    Mardi 11 Novembre 2008 à 13:34
    Il y a des instants qui contiennent le monde...
    Et quand c'est un autre humain qui nous les offre, dans un élan spontané, c'est juste rempli de l'essentiel...
    Et ton texte écrit avec la plume de cet instant qui est bien plus qu'un souvenir nous rapporte cette émotion profonde.
    Elle est passée ici chez moi...
    Merci ma Nettoue
    Et si un bisou peut contenir le monde, c'est un comme ça que je voudrais déposer ici pour toi.
    BISOU
    3
    Mardi 11 Novembre 2008 à 13:26
    T'chao Nettoue, je t'ai laissé un com en réponse à ma bourde d'hier soir.. Encore désolé... Je reviendrais commenter ton billet plus tard.. GGGGGGGGGGGGGGros bisous et à peluche mon AMIE
    2
    Mardi 11 Novembre 2008 à 13:11
    quel beau souvenir nettoue!
    je te souhaite un bon mardi
    1
    Mardi 11 Novembre 2008 à 12:30
    J'ai eu l'impression d'assister à la scène confortablement installée dans une salle de cinéma, le pot de pop corn dans une main et l'autre fourrageant outrageusement dans ce maudit pot de calories, mes yeux ne pouvant se détacher du grand écran !
    Encore une fois, tu m'as scotchée à ton récit !

    PS: je ne suis pas peu fière d'être la première à poser un commentaire !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :