• L'éclairage des verts luisants !Pour commencer, ce sont les dames qui brillent la nuit et   pas leurs époux qui comme vous pouvez le constater sont petits, ternes et grisailleux, tandis que leurs épouses éblouissent nos heures d'entre chien et loup, de mille feux.... quand elles  sont amoureuses et elles le sont  souvent .L'éclairage des verts luisants !

    Cette clarté parfaitement discernable dès la tombée de la nuit ne porte pas de nom, elle est irréelle et semble venir de nul part : Tout d'abord, elle est froide, V'OUI, la clarté de madame Vert-luisant est glacial, chose allant à l'encontre de son tempérament nymphomane, elle est donc idéale pour éclairer nos nuits d'été,  à la chaleur palpable des reliquats de soleil brûlant.

     

    Bref, comme chacun le sait ou non, les verts luisants sont des coléoptères de la même famille de pensée que les coccinelles et tout aussi vorace quant à l'extermination des pucerons (les larves surtout), avec cette particularité, grâce à la graisse brulée naturellement, de ne pas être obligée d’utiliser des lampes torches pour aller à la chasse.

     

    Notons au passage, que monsieur et madame "Vert-luisant", n'ont de ver que le nom puisqu'ils sont plein de poils... (Je ne sais pas vous, mais moi je n'ai vu de poils sur un verre que lorsque un homme se portant moustache la trempe dans la mousse de son "Heineken).

    Par ailleurs, bien que les mâles de cette espèce possède tous les attributs utile à la  reproduction, que merdasse , ce sont les femelles qui portent le dard conjugal : En clair, des armes redoutables qu'elles utilisent pour anesthésier leur proie, particulièrement les escargots qui n'ont pas le temps de se ratatiner dans leurs coquilles : Et il s'agit bien d'anesthésie, car si son "agresseuse", ne lui a pas endommagé les parties vitales il peut se réveiller ensuite et repartir délesté de quelques menues morceaux de son anatomie, il est également fréquent que les voraces amazones laissent quelques bas morceaux à leur compagnons de vie !

     

    Venons-en aux périodes de rut : Certes par bonne éducation les dames Vert-luisant, ne brame pas, pour autant l'impatience les rend encore plus étincelante. Étant sexuellement beaucoup plus puissante que leurs époux elles n'hésitent pas à exhiber de manière provocantes leurs "foufounettes", de les agiter voir les onduler pour mieux attirer l'attention de l'amant de passage : Insatiables elles n'hésites jamais non plus,  une fois la chose faite à le repousser afin de laisser la place aux suivants, lesquels arrivent à la queue... leu... leu.

     

    Mesdames  Vert-Luisant ne savent  donc jamais qui est le père des œufs qu'elles pondent ici et là, ce qui fait que sans le savoir et depuis toujours elles ont ébauché les grandes lignes des mères porteuses, si en vogue aux Etats-Unis.

    J'espère que vous êtes toutes et tous aussi contents que moi d'avoir eu des éclaircissements objectifs sur la vie de ces lucioles brillant  les beaux soirs d'été, car c'est bon parfois, de se réjouir de petits riens...

     

     A demain mes ami(es). Merci de votre fidélité et n'oubliez pas "Et Op, un p'tit com pour Nettoue

     

    Yahoo!

    20 commentaires
  • Elle portait son existence à bout de bras, depuis que son fiancé, le Joseph, s'en était dentelliere-2.jpgrevenu de cette saleté de guerre des tranchées,les poumons brûlés par les gaz envoyés par ceux de le ligne Siedfrieg...

     

    Bien sur, ils s'étaient mariés quand-même, c'était elle qui avait insisté et les frères et les amis de Joseph aussi !

    Ils savaient tous que les poilus ayant porté la tunique bleu horizon, s'en revenaient rarement indemnes de ce grand n'importe quoi, destructeur et que les services qu'il allait rendre à la ferme se limiteraient, en dépit de son courage, aux soins à apporter, au bétail et au potager.

    Alors Maria, qui avait des doigts de fée, et de la bonne volonté à revendre, s'en devint ravaudeuse-couturière des villages alentours en plus du sien, Auxon-dessus. Parfois, plus loin, jusqu'à Mérée-Viellez et Oselle, là où les habitants se vivent un peu plus aisés,  car la commune exploite les fameuses grottes connues bien loin à la ronde.

     

    A pieds, où assise dans le vieux tacot brinquebalant lorsque que les chemins étaient détrempés ou enneigés, son cabas de grosse toile  au bras,  (son gagne pain), elle s'arrêtait là, où il y avait de l'ouvrage.

    Ah! Fallait voir ses mains agiles redonner vie à des chiffons usés par le temps... Ceux, que l'on avait peine à jeter, car l'on pensait bien pouvoir en faire encore quelque chose...Des heures durant le fil glissait entre ses doigts pour ravauder, repriser les chaussettes jusqu'à se qu'elle du parfois attacher les reprises les unes aux autres, parfois aussi, quel bonheur, faire du neuf, créer la biaude, la chemise, le jupon et le tablier, chez ceux qui avaient la bonté de l'employer pour quelques sous.

     

    Pour ce faire, elle s'installait dans les cours, les granges qu'elle n'aimait pas car la lumière y était chiche et lorsque le temps était mauvais dans les grandes cuisines où la soupe mijotait doucement dans des chaudrons de cuivre suspendus aux crémaillères des cheminées de pierres noircies.

    Elle le fit longtemps pour aider aux dépenses de la ferme de ses beaux-parents, mais aussi et surtout afin de pouvoir offrir à son Joseph, sa grande joie de lire son journal, < Le petit Comtois>

     

    poilu-14.jpgEt puis, le jour où il mourut, ou se laissa mourir désespéré mais aussi humilié de voir son épouse courir par tous les temps pour apporter leur écot à tous deux à la table familiale, Maria continua son métier de Ravaudeuse, un peu plus courbée, le regard un peu moins vif, dame ! Elle se voulait croire que c'était seulement le chagrin qui lui ternissait le regard, lorsque chaque soir en rentrant, elle allait déposer les fleurs cueillies en chemin, sur la modeste tombe du modeste cimetière du petit village de Auxons-dessus.

     

    Elle le voulait certes, mais sentait bien que sa vue baissait et que ses doigts déformés par l'arthrite n'allaient bientôt plus lui permettre de continuer....

    Alors, elle prit la place de Joseph, à la traite des vaches, au nettoyage de l'écurie et au jardinage du potager !

    Et puis, avec l'argent économisé depuis dix ans qu'elle n'achetait plus le journal de son Joseph, elle fit installer sur la modeste tombe, du modeste cimetière du petit village de Auxon-dessus, une croix en marbre, la plus belle qu'elle pu trouver dans le plus beau magasin de pompes funèbres de Besançon.

     

    Joseph, avait reçu la médaille militaire, mais cela n'avait jamais eu d'importance pour elle, seulement, il  en était fier, elle la garda dans sa boite capitonnée de velours bleu, entre les mouchoirs et les serviettes dans son armoire à linge.

     

    J'suis désolée je réedite, j'suis pas bien : Vous croyez que c'est l'adoption de cette loi, qui me fais autant ch... ?

     

    A demain, mes ami(es). merci de votre fidélité et n'oubliez pas "Et Op, un p'tit com pour Nettoue"..

     

    krikri

    Yahoo!

    votre commentaire
  • a poilC'est à un détail près ce qu'à fait mardi, un élu municipal de Monbéliard, (Vive le Franche-Comté), en s'affichant dans la presse locale en tenue d'Adam, mais ayant remplacé la traditionnelle feuille de vigne par des billets de banque, tournant ainsi en dérision,  avec éclat et humour,   la publication du patrimoine des ministres !

     

    "Puisque le gouvernement demande aux élus de se mettre à nu je le fais en cachant l'essentiel, (sous entendu, ainsi qu'ils ont du le faire), comme le permet la déclaration de patrimoine", a-t-il confié à l'AFP : Il s'agit là de Philippe Duvernoy, qui posa dans le plus simple appareil dans les pages du quotidien régional  "L'Est Républicain".

     

    "La publication du patrimoine des ministres est une mauvaise idée, ce grand déballage n'empêchera pas les tricheurs de tricher", estime l'élu sans étiquette Philippe Duvernoy, assujetti sur la fortune ayant  déclaré volontairement son patrimoine dans la presse en 2008, prouvant ainsi qu'il ne cachait rien, en dehors  de ce que l'on appelle communément "les bijoux de famille" !

     

    Selon lui, beaucoup d'élus sont honnêtes, et s'ils ont du bien c'est qu'ils ont travaillé, pour autant, il ne se risque pas à prétendre qu'ils le sont tous et préconise "Le renforcement de la Commission par la transparence financière de la vie politique , laquelle existe déjà, sans être mise en pratique" !

     

    A sa place, j'ajouterai le souhait de voir plusieurs Commissions supplémentaires pour se surveiller les unes après les autres....

     

    A demain mes ami(es). Merci de votre fidélité et n'oubliez pas "Et Op, un p'tit com pour Nettoue".

     

    krikri

     

    Yahoo!

    votre commentaire
  • coquine.jpgIl semblerait qu'en matière de fantasmes masculin, rien n'ait changé depuis ... Oui au moins !

    Ainsi, lorsque l'on demande aux hommes de citer les métiers féminins qui les font le plus fantasmer, leur réponses sont assez surprenantes vu l'époque "montre-cul" d'aujourd'hui !

     

    Etabli par le site "Nereden", le classement des professions qui d'après eux resterons toujours les plus sexy seraient : 

    La secrétaire docile : Car les années 60 ont beau être révolues depuis des décennies, le fantasme de la secretaire sexy continuerait à faire fantasmer ces messieurs : Jupe -crayon moulante, chemisier blanc suggestif et port de lunettes donnant un air candide...


    Viendrait ensuite :

    La femme d'affaires dominatrice : A l'inverse de la secrétaire type, l'exécutive super-woman, ne s'en laisserait pas compter. Armée de ses escarpins et de son tailleur sévère elle écrase tout sur son passage  pour arriver à ses fins. Sans trop de scrupule, d'une grande ambition rien ne f'effrairait et surtout pas d'exprimer ses désirs. Cette assurance séduirait les hommes tout en les énervant, 29% seraient dans ce cas même si la femme dominatrice est prête à les renverser elle-même sur leur bureau ! Rhôoooo

    Puis :

    L'infirmière coquine  :Laquelle resterait  quasi indétrônable dans l'imaginaire masculin. La robe à beau être remplacée en uniforme peu seyant, et les hommes avoir une trouille pathologique des piqures, 21% d'entre-eux persisteraient  à espèrer que la dame soit nue sous sa blouse. Une auscultation un peu spéciale, une prise de tension accompagné d'un regard narquois et le lit d'hopital prend tout de suite une autre dimension : Sans compter le caractère souvent dévoué impliqué par la profession, lequel rassurerait les hommes souvent douillets et aimant se faire materner :

    Enfin :

     Derrière ces habituels fantasmes,  arriveraient  bonne-dernières les baby-sitter à 5,8% et les comptables qui n'emporteraient que 2,2ù d'adhésion !

    Voilà... voilà... voilà...

     

    A demain mes ami(es). Merci de votre fidélité et n'oubliez pas "Et Op, un p'tit com pour Nettoue".

    PS : Mon correcteur est en panne !

     

    krikri

    Yahoo!

    2 commentaires
  • nazis.jpg

     

    Deux jeunes ayant giflé un homme arborant deux insignes nazis sur son tee-shirt, viennent d'être condamnés à un mois de prison avec sursis et 600 euros de dédommagement à la "victime" qui s'est avéré être un policier : L'alibi de celui-ci étant qu'il ignorait la signification des symboles !

    (Ben mon bon monsieur, j'ai du mal à vous croire, et quand bien même ce serait vrai, un keuf qui pleurniche pour une baffe, à mon avis, ça fait gros benêt !) !

                                                                              

     

    Madame Simone Weil vient seulement d'être décorée de la légion d'honneur, quand on pense que le (guide) Kadhafi l'à été longtemps avant sa mort, on ne peut que se dire, qu'avoir du pétrole dans son potager est tout de même un gros avantage : Quoique, maintenant la légion d'honneur, n'est plus se qu'elle était !

     

                                                                              

     

    fontaine-a-radium.jpgAu début du 20è siècle, peu après la découverte de la radioactivité le radium était considéré comme bénéfique pour la santé : Des centaines d'applications domestiques en contenant étaient disponibles sur le marché. Parmi elles, l'on pouvait trouver des fontaines à radium permettant à ses utilisateurs de bénéficier de ses "bienfaits" chez-soi.

    Le fonctionnement était des plus simples, il suffisait de placer une cartouche de sels de radium dans le logement prévu et de l'y laisser quelques temps pour que l'eau se charge à souhait :

    Le prix de ce sel était prohibitif et faiblement dosé mais la méthode avait ses adeptes. (Je vois là, quant à moi, une façon de recycler très innovante, d'autant que de nos jours ces fontaines sont récupérées à cet effet, à moins que les plus décoratives fassent la joie des collectionneurs)...Voilà... voilà... voilà...

     

    A demain mes ami(es). Merci de votre fidélité et n'oubliez pas "Et Op, un p'tit com pour Nettoue".

     

    krikri

    Yahoo!

    45 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique