•  

    Il était une fois... Blanche de Beaumont, une belle demoiselle, qui vivait dans un château normand, vieux et délabré, tous le monde c'est évident n'a pas les moyens de s'offrir "Un grand Paris".

     

    La légende du rocher percé !

     

    A seize ans Blanche, rencontra Raymond de Nérac, alors qu'elle enjambait les ronciers de la cour, jupes relevée sur de gros bas tricotés par Mélanie, avec le fil récupéré sur la cote de maille de l'oncle Bastien, alors qu'il guerroyait en compagnie des preux de Jeanne d'Arc, et que ce ne fut que ce que l'on récupéra de lui après le passage des anglais.

    Raymond est un magnifique chevalier, fortuné de surcroit, venu récupéré sa baballe tombée de l'autre coté du mur mitoyen, alors qu'il était en vacances et jouait avec son pékinois. Blanche à seize ans, il lui plu, elle l'aima, lui aussi, ils se fiancèrent en se jurant un amour éternel !

     

    Que crotte de crotte, au bout de quelques jours durant lesquels ils se voulurent de plus en plus, le roi rappela au chevalier qu'il devait se rendre en nouvelle France pour combattre les iroquois, dont par oui-dire, il n'aimais pas la coupe de cheveux.

    Seigneur, qu'ils eurent de la peine à l'idée de se séparer... Elle était si douce à vivre la belle France, avant le temps où son président aurait été bien inspiré de changer son gouvernement puis, de se changer lui-même en tirant son remplaçant à le courte paille !

     

    Arrivé à destination Raymond, regretta bien vite le château familial, son pékinois, sa baballe et sa fiancée, car les hivers étaient rudes et les iroquois maladivement fiers de leur coiffeur se la jouait péteux tel Montebourg avec sa caferière et sa belle marinière rayée.!

    Et durant tout ce temps Blanche se morfondait, elle se morfondait tant qu'elle décida de rejoindre son bien-aimé y compris à la rame et en pédalo si le prix du billet était trop onéreux : Par chance, elle n'eut pas à la faire car le roi réquisitionna son frère en renfort et pour excuser cet entorse à la constitution lui permis d'emmener sa soeur avec lui.

     

    A la fin d'octobre, le navire arrivé à la hauteur de Terre Neuve, se vit soudain annoncé par la vigie accrochée au grand mât l'apparition d'un vaisseau pirate arrivant à bâbord, à toutes berzingues.

    Le capitaine un homme normal, en tous points ordonna aussitôt à ses marins de s'armer d'autres choses que de paroles idiotes et de combattre de leur mieux car ils étaient presque tous des novices.

    Ce fut horrible, les pirates se lancèrent à l'abordage et sans même en référer à leur chef s'emparèrent du navire et de son contenu. Puis ils firent des prisonniers, dont Blanche, qui trembla beaucoup pour la virginité qu'elle gardait pour Raymond.

     

    L'apercevant tout à la fois si belle et paniquée, le pirate chef décida d'en faire son épouse et de laisser la vie sauve à son frérot !

    Bref, Blanche fit semblant d'accepter et au moment de dire "oui", au Père Iscope, l’aumônier du bord, elle s'échappa, sauta par dessus le bastingage et disparut dans les flôts bouillonnants.

     

    Le lendemain, après que la brume qui avait tout envahi se fut dissipé, l'on aperçut une énorme masse : C'était le "Rocher Percé", lequel semblait flotter près du rivage, telle une menace impitoyable et mystérieuse au dessus duquel l'on distinguait vaguement la jeune Blanche de Beaumont, lançant des anathèmes virulents en direction du vaisseau.

    Quand au chevalier Raymond de Nérac, il périt peu après, capturé par les iroquois, à qui il avait volé leur boite de gel coiffant !

     

    A demain mes ami(es). merci de votre fidélité et n'oubliez pas "Et Op, un p'tit com pour Nettoue".

     

    (publié le 21 septembre dans "Énigmes de l'histoire")

     

     

     

    Yahoo!

    25 commentaires
  •  

    Des pluies dites merveilleuses ! !Ces pluies auraient eu lieu depuis la nuit des temps et nos anciens, très anciens attribuèrent le phénomène à la colère de Dieu ! Dame, n'ayant ni cellule psychologique ni Lysansia sous la fin, rendre responsable de ces petites misères,  qui ne peut pas se défendre est chose banale !

     

    Pour autant lorsque la chose arriva au 19ème  siècle, le monde ayant grandi dans sa tête, le Bon Dieu fut dédouaner et lorsque  de minuscules batraciens s'entassèrent sur les toits, les arbres, et même pour les plus coquets, sur les parapluies et chapeaux des dames, l'on commença la première terreur passée à suspecter les sorcières.

     

    Le récit suivant est extrait de "Monthy Weather Review"de mai 1917, il relate un déluge de crapauds et de grenouilles tombé en France 150 ans plus tôt sur le village de lalani.

    Il faisait très chaud lorsque soudain vers trois heures de l'après-midi, il tomba une telle abondance de pluie mêlée de charmants petits batraciens que 159 hommes de la "Grande Garde", passant par là durent se mettre à l'abri pour ne pas être noyée !

     

    Ces petites bêtes étaient de la taille d'une grosse noix encore dans sa coque verte et celles sachant déjà nager se mirent à sauter dans toutes les flaques d'eau en s'amusant comme des petites folles ! la peur des passants fut indescriptible car même par gros temps voir des grenouilles et des crapauds tombés du ciel faire la brasse n'est pas chose très courante, d'autant qu'entre deux sauts elles s'accrochaient aux passants essayant de les décourager en leur disant "Allez couché vilaines bébêtes"....

     

     Le même journal visiblement spécialisé par tout se qui vient d'en haut fit également état de la même situation arrivée dans la ville de Poitiers le 23 juin 1808 : Ce fut alors que des savants qui ne voyaient pas plus loin que le bout de leur nez se récrièrent "Meuhhh non, ce n'est pas possible car à ce compte là, il pourrait tout aussi bien pleuvoir des vaches" ! 

    Ce ne fut pas l'avis d'un physicien renommé, monsieur Ampère, qui ayant assisté à une de ces avalanches et vu une mignonne grenouille aux grands yeux étonnés agripper à son lorgnon expliqua fortement condescendant : "Lorsque les têtards  perdent leurs queues, certains éprouvent le besoin de voir du pays, et gesticulant dans tous les sens se font emmener sur les nuages par des vents violents et en redescendent lors de fortes pluies".

     

    Bref, il y eu beaucoup d'exemple dans les dernières décennies, notamment en 1969, quand une pluie de grenouilles fit l'objet d'un article dans le "Sunday Express", car elle eut lieu sur le toit de la maison de la journaliste qui y sévissait.

    En France, ce genre de choses s'étouffent et si elles fuient , on minimise, on ricane puis l'on fini par nier les faits... (Suis-je toujours en train de parler des pluies miraculeuses) ?

     

    A demain mes ami(es). Merci de votre fidélité et n'oubliez pas "Et Op un p'tit com pour Nettoue".

     

    (publié le 18 septembre dans "Énigmes de l'histoire")

     

    Yahoo!

    30 commentaires
  • Allez couché, vilaine bêbête///

     

    Le Chupacabra, serait une chose monstrueuse décrite par des témoins comme ayant des yeux identiques aux lapins Albinos, deux trous pour les narines, une bouche avec des crocs saillants vers le haut et recouvert de poils noirs et longs vers le bas !

     

    (En France, je vois tout à fait à qui elle ressemblerait), mais ce n'est pas l'avis de Roswel qui la voit tel une grosse chauve-souris, ou mieux encore tel un extra-terrestres !

    Le Chupacabra, fait partie de la culture populaire de toute l'Amérique latine, où elle est admise et redoutée à la fois, mais qu'y faire puisque le climat lui convient? Moins admissible, la bébête se nourrirait en suçant le sang des chèvres en leur faisant des petits trous ronds tracés préalablement au compas tel que les ferait un vampire muni d'une trousse d'écolier, pompant jusqu'au cervelet en un exercice absolument indolore !

     

    On la savait dans les montagnes, l'on commença à l'apercevoir lorsqu’elle en descendit vers 1990, pour s'instruire sur les nouvelles technologies de la vie d'en bas, tandis que les journaux portoricains "El Vovero et El Nueva Dia", commencèrent à parler des méfaits commis sur des oiseaux aussi bien que sur des chevaux : L'on comprendra donc  facilement que jusqu'ici ceux commis sur les chèvres fussent imputés à de gros insectes-pompeurs, (la encore, je vois bien desquels il pourrait s'agir par chez-nous), mais sur  des chevaux, par Saint-Georges, l'on eu des doutes...

     

    Au début l'on soupçonna bien quelques sectes sataniques, mais la nounou Taubira, américano-latino, commença par un faire un vrai flan, puis  s'empressa de prendre tout ces possédés du diable sous son aile protectrice, qui vu l'importante de celle-ci, pu mettre beaucoup de monde à l'abri : (nous avons ça aussi dans notre beau pays en passe de "déjantement" express), l'on écouta plutôt les affirmations des habitants de fermes se plaignants de la perte de vies animales, morts avec un trou dans le cou et vidé de leur sang : Naturellement, nounou Taubira américano-latino, s'en soucia comme d'une guigne, les victimes n'ont qu'à se démerder, car on ne peut pas venir en aide à toutes les misères, surtout à celles des innocents puisque les trois-quart du temps ils sont morts, et que la raison veuille que l'on s'occupa déjà des vivants ! (Nous avons ça aussi par chez-nous).

     

    Certains indigènes Sud-américains croiraient plutôt à un homme-moustique de petite taille ayant des ailes conséquentes ayant la même entité que le Chupacabras ayant muté avec lui, sans pour autant abandonner sa grosse trompe.

    Quelques apparitions notables auraient eu lieu aux Etats-Unis, incluant de multiples cas rapportés par des témoins oculaires dans le comté de Calaveras, en Californie et plus récemment au cours d'une célébration de l'anniversaire d'un membre de l'équipe locale de la charité de Houston au Texas. (A nouveau, je devine à peu près qui aurait pu se vanter d'avoir survécu à un pompage de Chupacabras, lors d'un de ses déplacements) !

     

    En juillet 2004, un propriétaire de ranch près de San-Antonio, tua une créature sans poil qui attaquait son bétail. En Octobre de la même année deux hommes-moustiques, de la race des Chupacabras, auraient été repérés dans la même région... Le premier était mort et le second aurait pris la fuite devant un zoologiste locale appelé pour identifier le défunt : Étudiés par des biologistes du Texas, ils auraient été considérés comme appartenant à un genre indéterminés...(nous avons ça aussi ....) !

     

    A demain mes amis, merci de votre fidélité et n'oubliez pas "Et Op, un p'tit com pour Nettoue".

     

    (publié le 28 aout dans "Énigmes et mystère du monde"

     

    Yahoo!

    27 commentaires
  •  

    Histoire du Chamanisme.

     Il se pratique depuis la nuit des temps et comme il ne s'explique pas, nombre de légendes, de mythes et symboles sont venus s'y greffer... (C'est la vie ça, une de mes institutrices du primaire disait : "Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement et les mots pour l'expliquer arrivent aisément", elle avait raison, à l'époque les maitres et maitresse d'école, se montraient, le plus souvent rigides, mais ils étaient là pour nous apprendre à lire et nous savions lire) !

     

    Bref, cette science ou pratique selon l'importance accordée à laissé des traces anciennes derrière elle, principalement sous forme de peintures rupestres produites par des nomades venus d'Afrique, d'Australie, d'Amérique du Nord et de France où une fresque âgée de 15.000 ans à trouvé refuge dans les Pyrénées,  sur les murs de la grotte des "trois frères" : Celle-ci représente entre autre, un homme dansant autour d'un Chaman bandé comme un arc, (un ancêtre de DSK, vraisemblablement) !

     

    Les chants et les danses sont utilisées pour entrer en transes, (moi il me suffit de contempler mes factures de fin de mois pour l'être, de voir un bel homme aussi, mais c'est plus rare, c'est sur, l'on à plus 20 ans !

    Pour entrer dans le monde des esprits maitriser l'univers et atteindre toutes réalités, le Chaman doit considérer que le monde est une unité divisée en plusieurs réalités... (démocratie oblige, enfin l'ancienne celle perdue peu à peu, celle qui voulait que chacun ait le droit de penser ce qu'il veut, sans être emmerder à tous propos) !

     

     Le but du Chaman est de relier ces différentes réalités pour tendre vers une harmonie réalisée entre le ciel, la terre et ce monde inférieur que l'on nomme les enfers : Selon un rituel précis cet homme d'une grande sagesse utilise les ressources de son esprit pour aller de l'un à l'autre, défiant ainsi les lois de la pesanteur, (grâce à la seule puissance de son esprit il peut donc voyager à bon marché et sans se casser le chou) !

     

    Histoire du Chamanisme.En Sibérie le bouleau est le pilier central de la puissance chamanique. La légende assure qu'il possède sept rameaux, (l'arbre pas l'homme), et pousse au milieu d'une montagne de feu, indispensable pour que l'âme du Chaman puisse prendre ses envols vers le ciel, tandis qu'il enfonce ces crampons dans le tronc (tel les anciens dépanneurs EDF, dans les poteaux en bois), et ce pour ne pas glisser alors que sa concentration psychique pourrait lui faire oublier la prudence humaine : Même un saint homme doué de pouvoir inter galaxie, ne pourrait monter et descendre un tronc comme un mât de cocagne sans risquer de s'érafler les coucougnettes  dans un instant d'étourderie !!!

    Les chamans sibériens adorent les oies et voyagent avec elles en imitant leurs cris, mais aucun d'eux à se jour n'a souhaité s'encombrer de mâme Taubira !

     

    En Mongolie, les Chamans grimpent aussi aux arbres à cette différence qu'avant de laisser s'envoler leurs esprits vers le ciel, ils le font voyager au travers de palais, de tours etc, afin de se corser la difficulté.

     

    Les lapons, sont un peu différent, plus persévérants ils préfèrent poursuivre leur grimpette jusqu'à ce que leurs dents tombent ??? 

     

    Au japon, les élus ont le chamanisme plus coquin puisqu'ils veulent arriver au ciel à travers un vagin, mais il ne faut pas mal les juger car ils sont aveugles de naissance ou le devienne naturellement après ? (le doute demeure) ! Lors de l'initiation d'une dame, on lui envoie un gâteau de riz bien collant en plein visage afin que manquant d'air elle s'évanouisse. Ensuite dès que revenue à elle, elle doit troquer sa tunique, contre une robe de mariée et s'unir au Dieu japonais, après s'être naturellement ôter le riz !

     

    L'on raconte que l'esprit d'un Chaman particulièrement curieux est resté trois ans dans le ventre d'un poisson pour s'initier à certains mystères du monde.

     

    Bizarrement, tout ces hommes sages et différents l'un de l'autre ne tendent qu'à un but suprême guérir en communiquant avec les esprits !

     

     A demain mes ami(es). merci de votre fidélité et n'oubliez pas "Et op, un p'tit com pour Nettoue

     

    (publié le 15 aout dans "Enigmes du monde")

     

    Yahoo!

    25 commentaires
  • Pourquoi, toujours en Amérique ?

    Mais parce-qu'ils espionnent partout ? M'enfin, ils ne mettent quand même pas leurs mouchards jusque dans les glaciés ! Dans nos bâtiments officiels, v'oui, mais de toutes façons il y a toujours des bavards pour envoyer sur "Twitter", le nom du fabriquant de chaussettes sur mesure, de Pépère,(il a un oignon aux gros orteil, celui de ses  fermetures éclairs de pantalon ? Non, c'est classé "secret-défense" et pourtant elles sont de mauvaises qualité) !

     

    Bon cela se passait en 1968, date à laquelle les champions de l'espionnage ont trouvé une créature congelée dont personne ne connait la nature et où les seules conclusions que l'on pu en tirer est qu'elle mesure 180 centimètres, est recouverte de poils et que l'expression de son visage est d'une grande tristesse, (A moi, cela fait de la peine), également qu'elle à une apparence, entre le primate et l'humain : Certains sont allés jusqu’à penser qu'il s'agissait d'un primate évolué, d'autres ont estimés qu'il s'agissait des restes d'un homme de Néantertal, d'autres encore en on profité pour suggérer  que se trouvait là la preuve de l'existence du "Bigfoot", c'est dire si l'émotion fut grande à l'époque...

     

    Bref, pendant toute la fin des années 1960 et le début de celles de 1970, la chose (que j’appellerai Charles-Edouard, par courtoisie, à fait le tour des États-Unis et est devenue une véritable attraction touristique dont les exhibitions se faisaient dans les centres commerciaux et les fêtes foraines : Promené dans le blog de glace confiné d un congélateur, Charles-Edouard, intéressa les scientifiques et les services secrets qui voulurent faire main basse sur lui et firent chou blanc, car brusquement, il avait disparu : (A mon avis, il y a eu une coupure de courant et le pauvre à fondu, ce qu'il en resta n'étant pas racontable).

     

    Cette disparition ajoutant au mystère du pauvre "fondu", de nombreuses histoires furent racontées, des romans à son sujet virent le jour, des émissions de télévision fleurirent en même temps que moult documentaires. Et puis récemment, l'on su que Steve Busti, propriétaire du "Muséum of the Weird", venait d'acheter Charles-Edouard, à monsieur Frank Hansen, qui le planquait depuis des décennies dans un gros congélateur et sans en parler à quiconque car il se le voulait pour lui seul !

    Et puis, la crise passant par là, et Frank ne pouvant plus payer ses factures de courant électrique se résolu à le vendre ne gardant de lui que sa photo...

     

    Si vous voulez savoir s'il a changé depuis le temps de ses tournées triomphales dans les rayons de surgelés, il va falloir vous rendre à Austin au Texas, dans le musée de Stève, où les savants louchent à nouveau dessus !

     

    A demain mes ami(es). Merci de votre fidélité et n'oubliez pas "Et Op, un p'tit com pour Nettoue".

     

    (publié le 7 juillet dans "Énigmes du monde")

     

     

    Yahoo!

    22 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique