• Y a des bémols m'sieur Peillon !

     

    Déjà hier au JT, la façon dont vous avez rabroué le présentateur n'était pas très... urbaine. Il a une voix qui fais penser qu'il est en train de casser des noisettes, d'accord, et c'est bien pour cela qu'en dehors des week-ends, je regarde le 20 heures sur France 2 ! "Faute de grive, l'on mange des merles et deux maux, il faut choisir le moindre", car David Pujadas est un lèche cul, mais bon, il faut bien faire un choix, et je n'ai choisi TFI que pour écouter le nouveau Messie Vincent Peillon.

     

    Bref, Voilà mon bon ministre que le pauvre Gilles vous croasse l'habituelle litanie selon laquelle le poste que vous occupez au gouvernement Z'Airault est ingrat, ingérable, sous-entend qu'il porte quasiment malheur et que vous lui remettez ses raves dans son panier vite fait et commencé à vous gargariser avec l'honneur qui vous est fait, de la "grandiosité", de la chose, à vous réjouir de l'intelligence de votre réforme.

     

    Bon, n’étant qu'une citoyenne de la France d'en bas, (se que je revendique avec fierté), ne pouvant que constater qu'à chaque fois que l'on change de ministre de l'éducation nationale, (et c'est souvent) outre que les enfants ont de plus en plus de mal à apprendre à lire, celui-ci s'imagine avoir pondu la tout Eiffel en nous inondant de trouvailles moins géniales l'une que l'autre !

    Bien entendu c'est humain de vouloir faire différemment  que son prédécesseur, mais est-ce mieux ? Bien sur que non car c'est surtout de se faire remarquer le but des nommés récents à ce poste : En ce qui vous concerne, je ne voudrais pas vous faire de peine mais vos nouveautés, mon bon monsieur ne me semble pas avoir un grand avenir si j'en crois la rumeur publique très enflées de ces derniers jours...Et quelle rumeur puisque quasiment tous le monde critique votre chef-d’œuvre d'incohérence : Tenez dans certaines écoles on à même du zapper la récré des bambins pour qu'ils aient le temps d'aller taper dans un ballon que l'éducateur, à oublié d'apporter pour la bonne raison que lui-même à oublié de venir....

     

    Naturellement, je passe sur tout le reste dont 80% est ingérable pour les parents, les enseignants, les communes etc. Je déleste volontairement le mécontentement des syndicats, car par principe je n'aime pas les gens qui mettent leur nez partout simplement pour y flanquer le caca, et ne supporte pas les idées qui ne viennent pas d'eux : les bornés, les butés, les largués de la réalité par entêtement en somme !

     

    A demain mes ami(es). Merci de votre fidélité et n'oubliez pas "Et op un p'tit com pour Nettoue".

     

    (publié le 3 octobre dans "coup de gueule")

     

    Yahoo!

    34 commentaires
  • SVP, psy associations, pas de réinsertion !

    La mère et le beau-père d'un petit garçon de 4 ans jugés pour avoir violé l'enfant à de multiples reprises, notamment au parloir d'une prison, ont été condamnée mercredi à la peine maximale de vingt ans d'emprisonnement par la cour d'assises du Bas-Rhin : Conformément aux réquisitions, l'avocat général a également obtenu du jury "de façon tout a fait exceptionnelle", la rétention de sureté assortis d'un suivi socio-judiciaire pendant la durée maximale de cinq ans pour les deux saloperies 25 et 31 ans ! (Mais pourquoi un suivi, pourquoi une possible remise de peine en dépit de la rétention de sureté, pourquoi une réinsertion :  Pourquoi ne pas les  avoir enfermé dans un trou de chiotte le plus puant possible ?)

     

    Après avoir changé plusieurs fois de versions au cours de l'enquête, Lionel Barthélemy, le violeur a finalement reconnu avoir violé le fils de sa compagne lors d'une visite au parloir de la maison d'arrêt de Toul, en Meurthe et Moselle. Incarcéré depuis aout 2009, ce "semblant d'être humain" purgeait une peine de trois ans pour violence sur une ex-compagne.

     

    Ce jour là au parloir, Sabrina Bonner aurait fait mettre son fils à genoux sur une chaise (Dame, il faut bien que le violeur jouisse de toutes les aises possible) , puis elle l'aurait tenu par les bras pendant que son beau-père le violait : Notons que les surveillants devait regarder ailleurs...

    la "sous-femme", est naturellement complice de ce crime atroce, et ce d'autant plus qu'elle a ramené son fils une seconde fois l'après-midi, en sachant pertinemment bien ce qui allait se passer à nouveau  ! Les surveillants, bizarrement n'ont pas entendu les plaintes du petit garçon et n'ont rien signalé de spécial : Il faut dire que selon les éléments de l'enquête, des sacs poubelles obstruaient la porte vitrée du parloir de cette prison où comme dans d'autres, selon les avocats, une certaine tolérance est acceptée !

     

    L'on peut tout de même se demander pourquoi les portes sont-elles vitrées puisqu'il parait naturel à certains personnel de la prison de laisser les occupants du parloir les boucher ?

     

    A demain mes ami(es). merci de votre fidélité et n'oubliez pas "Et Op, un p'tit com pour nettoue".

     

    (publié le 26 septembre dans "Coup de gueule")

     

    Yahoo!

    29 commentaires
  •  

    Les vieux, à l'abattoir...

     

      Je crache des clous, lorsque j'entends les "passeurs" de pommade soit hypocrites, soit très con, brandir le slogan à la mode :  "Génération sacrifiée"  dont bien sur, ils ne font pas partie et ce, uniquement pour obtenir ses voix aux élections à venir.

     

    Certes, il y a eu les trente glorieuses, certes, l'on y trouvait aisément du travail puisque la guerre avait tout cassé et qu'il fallait reconstruire vite et du mieux possible...

    Certes, les retraites étaient assurées puisque les trois-quart des jeunes quittaient l'école à 14 ans pour entrer en apprentissage ou mieux encore en usine où, jusqu'à 18 ans leurs salaires étaient amputés de 20%, pour quasiment le même boulot que celui des adultes. Oh ! Oui, elles l'étaient mais à part pour la fonction publique, il fallais avoir 65 ans pour en bénéficier.

     

    Certes, les ouvriers de tous poils, avaient quatre sous en poche, mais la durée légale du travail était de 42 heures puis de 40 par semaine et personne ne rechignait pour effectuer des heures supplémentaires à 25%, jusqu'à sept heures hebdomadaire et 50% au delà, car cela permettait en faisant très attention de pouvoir acheter un frigidaire, voir une télévision ...(En comparaison, elles ont vilaine mines les 35 ou 32 de madame Aubry, celles là même étant à l'origine d'une des plus grosses conneries effectuées pendant les cinq années de socialisme sous la présidence Chirac, en période de cohabitation).

    Les pauses syndicales pour aller fumer son joint à coté des machines à café et des boissons réfrigérées n’existaient pas ou peu  et l'on venait le plus souvent à l'usine ou au bureau en vélo !

     

     Certes, l'on pouvait partir en vacances mais pendant trois semaines étalées sur l'année, les avantages et aides de toutes natures, (en dehors de timides allocations familiales et bons de vacances pour les écoles primaires), n'existaient pas : Il y avait du travail mais pour avoir des sous il fallait oeuvrer sévère (le mot pénibilité n'avait pas encore été inventé) et pour pouvoir se lever le matin ne pas passer ses nuits à faire les andouilles dans les boites, les bars, voir à brûler des voitures !

     

    Peu, poursuivaient leurs études, (c'est pourquoi elles avaient de la valeur), mais pour ce faire beaucoup devaient s'activer à des petits boulots à coté, car les aides se limitaient aux bourses d'études supprimées si les résultats n'étaient pas ceux exigés, et l'on ignorait ce que pouvait être les  aides aux rentrèes scolaires,  Là encore, il fallait passer ses soirées à étudier sur des bouquins, car Internet n'avait pas encore vu le jour,  et plancher sérieusement car les notes aux BAC, n'étaient pas établies en fonction des insuffisances des candidats mais bien d'après de solides critères permettant là aussi de trouver un job ensuite ! Obnubilés par votre arrogance, vous ne vous rendez même pas compte qu'en ne faisant rien actuellement, vous jouissez de plus de confort que les salariés des "trente glorieuses" (votre alibi majeur, pour planquer vos insuffisances) !

     

    Ah ! La génération qui se prétend sacrifiée ne veut plus payer pour ceux qui ont permis qu'elle ait actuellement, ce qui se fait de mieux en confort, (y compris eau chaude au robinet), voitures, matériel électronique tout azimut, voyages ici et là, et  les chiottes ailleurs que sur les palliers et parfois au fond des cours,  sans rien faire de plus que de jaser sur la chance de ceux d'avant !!!

     

    Aux remblais, à la casse les retraités et pourquoi pas "Le soleil vert", mais bande de couilles molles, pour avoir une retraite il faut pour le moins ne pas faire la fine bouche devant les 300.000 emplois qui en ce moment ne trouvent pas preneurs parce-que jugés trop durs, par ces pauvres poussins ne survivants que grâce aux prélèvements fait sur les salaires et maintenant rentes de ces retraités montrés du doigts par des connards, parce-qu'ils vivent plus longtemps !

     

    Certes, il y a des jeunes qui travaillent dur, j'en connais et eux aussi sont ponctionnés méchamment pour venir en aide aux râleur qui n'en "branle" pas une, à ces pleure-michottes (c'est du franc-comtois), issus de France et d'ailleurs, d'ailleurs en grand nombre !

    Alors, vous les glandeurs professionnels arrêter de prendre les Retraités, comme explication vaseuse, à la décrépitude du pays, alors qu'en fait elle est due en grande partie à vos manque d’imagination, de courage, de coeur au ventre, et présentement à la nullité du gouvernement que vous avez élu parce-qu'il vous promettais des lendemains qui chantent... Et surtout ne vous défaussez pas de votre manque d'énergie sur vos, sur nos anciens dont un seul d'entre-eux en vaut et valait cent comme vous,comme nous tous ! Génération qui se croit sacrifiée, car même si les temps actuels sont loin d'être la panacée universelle, tout ce dont vous jouissez ou presque  aujourd'hui, est le résultat du labeur de vos, de nos, parents,  grands et arrières grand-parents !

     

    PS : J'ajoute ici, le commentaire de Tiot : Dans les mines de charbon, la durée hebdomadaire de travail était de 48 heures. (il le sait, c'est un ancien mineur) ! Alors, que ceux que j'ai vu et entendu dire sur les plateaux de télévision, qu'ils ne voulaient plus payer les retraites du temps des "trente glorieuses", avalent un sabre !

     

    A demain mes ami(es). Merci de votre fidélité et n'oubliez pas "Et Op, un p'tit com pour Nettoue".

     

    (publié le 12 septembre dans "Coup de gueule")

     

    Yahoo!

    35 commentaires
  •  

    Mais pourquoi ce merdier, m'dame Touraine ?Pourquoi autant d'acharnement envers les médecins, d'efforts pour propager le "Se shooter confortablement", et surtout pourquoi, cette dernière trouvaille (dernière pas dans le sens que vous ne sortirez plus de couleuvre bien sur, vous avez beaucoup trop d'imagination pour cela), mais dans celui de votre décision à ne faire payer les chambres particulières 45 euros par jour, dans les hôpitaux, qu'à une seule partie de la population ? Voyons, est-ce bien raisonnable, car là vous partagez le pays en trois parties quand au suivi des soins...

     

    La première, naturellement étant celle des gens fortunés pouvant se les offrir : Et pourquoi pas il en ont les moyens et en règle générale ont l'habitude de jouir de tous les privilèges à leurs portées !

     

    La seconde, étant celle des affiliés à la CMU et à l'assistance médicale (AME), dont bénéficient tous les étrangers venant se faire soigner en France, les chômeurs, les immigrés et les fraudeurs (auteurs de fausses déclarations) et ils sont nombreux, qui cela va de soi en seront exonérés et pourront de ce fait profiter gratuitement  de la tranquillité bienfaisante de chambres particulières !

     

    Et enfin la troisième partie, ceux là même n'y ayant pas accès parce-que trop chère et qui sont les toujours cocu, pauvres laborieux silencieux, honnêtes à souhait, croulant sous les impôts et taxes, dont la CSG et le RDS et qui plus est paient en sus une taxe pour la CMU sur leur cotisation de mutuelle ! "Le petit peuple", en somme, cette partie de la population vache à lait , brave certes, mais de plus en plus soumise, parce-qu’écœurée et qui comme toujours là encore n'aura qu'un droit, celui de fermer sa gueule, oui mais jusqu'à quand ? Les municipales ne sont pas loin...

     

    Oh! comme c'est nul ça Marisol !

     

    A demain mes ami(es). Merci de votre fidélité et n'oubliez pas "Et op, un p'tit com pour Nettoue".

     

    (publié le 4 septembre dans "Coup de gueule")

     

    Yahoo!

    37 commentaires
  •  

    Christiane, tu m'donnes de l'urticaire !D'ailleurs tu en donnes aux trois-quart du pays. Si ça continue la France ne va plus arrêter de s'gratter !

    Déjà que les sondages affirme que tu es la personne la plus détestée de la mafia politique... Moi, j'ai tout essayer pour parvenir à te supporter, je me suis saupoudré à la poudre de Pirette, enduit à l'Onguent gris, célestaminé, rien n'y a fais, j'peux pas t'aimer !

    Déjà, lorsque tu as pris possession de ton ministère, les moins fatalistes ont fuis, à leur place tu as récupéré ton conjoint (alors que ce n'est qu'à peine toléré et guère séant), mais lui il a surement l'habitude et puis cela fais un chômeur de moins !

     

    Christiane, tu veux ouvrir les prisons et moi en créer de nouvelles, moi j'avance et toi tu recules, comment veux-tu qu'on s'entende ? (z'avez eu peur hein), mais il n'est pas si bête Manu le Messie, il ne veut pas choquer, et emploie des phrases qui font de l'effet : (Je condamne fermement ! C'est intolérable, et la République ne le tolerera pas ! La sécurité est ma priorité ! la récidive sera bannie !), et toi derrière tu chouchoutes la délinquance, tu mignardes les voyous, tu leur donnes un sentiment d'invincibilité, tu veux transformer la patrie en une palette de couleurs, supprimer les peines plancher, réinsérer les assassins et les violeurs à grands frais, en oubliant au passage les victimes et leurs familles : Et voilà que lorsque que des condamnés sont laissés en liberté, tu t'en bat l’aile ma cocotte ! Non j'peux pas t'aimer...

     

    D'accord mes envolées lyriques et mes déplacements à outrance (idem Nicolas), n'ont jusqu'ici pas servi à grand chose en partie à cause de ton indulgence qui donne l'impression que la délinquance n'est pas grave du tout ! M'enfin Christiane, comme si ton"Mariage pour tous", l'adoption, et surement bientôt la PMA ne suffisaient pas voilà que tu as fais ouvrir des salles de shoot, veut laisser les petits méfaits en liberté, alors que dans sept cas sur dix ce sont eux qui ouvre la porte aux gros, aux irrémédiables, aux impardonnables...

     

    Alors ta réforme de la justice faite en catimini avec tes potes et dont je viens seulement de prendre connaissance c'est le truc de trop, tu es allé trop loin, cette fois et j'ai écris à François : Va être bien emmerdé Pépère, car il va falloir qu'il fasse un choix, alors que trancher il n'aime pas.... Bon, je vais m'arrêter là car il faut que j'aille me mettre ma Biafine sur le cul, y m'démange.

     

    Non vraiment, j'peux pas t'aimer Christiane et je ne te prendrai pas dans mon équipe lorsque j'aurai réussi à virer POU blanc, et à lui sucrer sa place.

     

    A demain mes ami(-es). merci de votre fidélité et n'oubliez pas "Et Op un p'tit com pour Nettoue"

     

    (publié le 16 aout, dans "Coup de gueule")

     

    Yahoo!

    33 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique