• Barbizier le colporteur.

    barbizier.jpg Barbizier et son Cadichou, venaient deux fois l'an, tous deux se savaient attendus tout au long de centaines de kilomètres parcourus par tous les temps !

    Bien sur, on ne comptait pas que sur eux, car ils étaient nombreux à faire le métier de colporteur, seulement Barbizier qui venait depuis longtemps avaient sa clientèle attitrée : Il vendait de si jolies choses, et d'une grande utilité également !

    Pour les fermières et villageoises, leur arrivée à Cadichou et lui était un des petits plaisirs de la vie, elles y laissaient bien quelques économies, mais de fait Barbizier vendait plutôt moins cher qu'à la ville, il était une de leur rare visite, et faisait perdre moins de temps, car il n'y avait pas de déplacement à prendre sur les heures du labeur de chaque jour !

     

    Et puis, cette année là, il pouvait enfin annoncer qu'une corporation était en train de naître...

    Ce ne fut hélas pas toujours le cas au temps jadis... On les appelait alors, les "portes-balles" et leur métier s'il remontait loin dans le passé était considéré comme celui de bohémiens, bon à rien, voir escrocs ou voleurs : Cet état de fait était pour beaucoup, du aux hommes d'églises qui du haut de leur chaires invoquaient la vanité des choses proposées, (surtout les dentelles, bijoux fantaisies et fanfreluches) comme autant de produits du diable ! Ces hypocrites tenaient ainsi à garder la main haute sur les braves gens en oubliant volontiers que les colporteurs vendaient aussi médailles, images pieuses et livres saints !

     

    Il y avait aussi les pouvoirs publics qui y ajoutaient en cherchant à les sédentariser, mais durent y renoncer devant leur obstination, interdisant seulement la ventes de livres prohibés, (Et ils étaient nombreux), en arguant que la plupart ne savaient pas lire : On les ogligea donc à apprendre sous peine d'être condamnés au port du carcan et même envoyer aux galères.

    Les temps évoluèrent et les "portes balles", purent continuer leur petit négoce soigneusement entassés dans de grosses corbeilles d'osier et se munir d'un âne pour porter les choses de leur vie à deux : Le picotin, un peu de foin  l'hivers, des toiles étanches pour les jours de mauvais temps, clous et marteau pour réparer les chaussures ferrées de l'un et les fers de l'autre avant l'arrêt chez le maréchal-ferrant.

    Certaines haltes chez la Maria, ou la Joséphine, toutes deux célibataires de même que chez quelques veuves point trop farouches, se révélaient disons... plus fructueuses que d'autres, mais la majorité de leurs passage étaient attendus comme ceux d'un ami souvent bienvenu.


    Dans le bruit de ses souliers ferrés raclant les cailloux et le trottinement de Cadichou, Barbizier s'arrêtaient devant les portes en criant : Ohé, de la maison, y a- t-il du monde ? Alors il entrait selon le degré de confiance accordé, dans une  grange, mais le plus souvent dans la grande cuisine aux reflets dorés de flammes crépitant dans les cheminées de pierres noircies où il étalait ses trésors sur la table après avoir attaché son âne à un arbre ou dans l'écurie si le temps était mauvais !

     

    Aux petits articles d'antan s'ajoutaient maintenant, des lunettes, des dentiers, des torches-fesses, chemises, pantalons de drap, casquettes et même chapeau pour le dimanche, sans oublier bas et chaussettes.

    --- De quoi, qu'c'est y qu'vous avez besoin à c't'heure m'dame ? De jarretières ? Celles de l'année passée doivent être usées, montrez-moi vot moller que j'le m'sure !

    --- Sur'ment non coquin ! M'en faut trois pour mes filles et moi !

     

    Presque toujours le colporteur partageait la soupe au lard et le pain noir et dormait dans la paille de la grange. En remerciement, il donnait quelques bonbons et du ruban aux fillettes.

    Souvent aussi, on lui demandait des nouvelles d'ailleurs puisqu'il en venait : De gens de villages connus, des mariages, baptêmes et choses plus tristes...

    A l'aube, Cadichou et Barbizier, après qu'il ait passé ses bretelles de cuir sur ses épaules, fixé la lourde hotte à sa ceinture, et mit le licou au cou de son compagnon de route repartaient pour plus loin...

     

    A demain mes ami(es). Merci de votre fidélité et n'oubliez pas "Et Op, un p'tit com pour Nettoue".

     

    krikri

    Yahoo!

  • Commentaires

    52
    Vendredi 8 Juin 2012 à 13:55

    Dur mêtier, on devrait s'y remettre, cela ferait la nique aux grande surfaces !

    Bisous Nouratin

    51
    Jeudi 7 Juin 2012 à 23:59

    Ca évoque drolement bien, félicitations, on s'y voit.

    50
    Mardi 5 Juin 2012 à 17:52

    Leur vie était ainsi, et comme ils n'en connaissaient pas d'autres !

    Bonne journée à toi

    49
    Mardi 5 Juin 2012 à 17:24

    Il n'a rien gardé des récits de ceux qui y sont passés, c'est dommage !

    Bisous Claude

    48
    Mardi 5 Juin 2012 à 17:17

    , mais tu sais encore t'en servir alors ???

    Bises Lmvie

    47
    Lundi 4 Juin 2012 à 18:34

    Bonjour Evy, merci et bon dimanche à toi aussi

    Bisous

    46
    Lundi 4 Juin 2012 à 18:22

    Dans la tête ben tiens donc, quand je regarde mon cul dans la glace je te garantis qu'il n'est pas le même qu'à vingt ans !

    45
    Lundi 4 Juin 2012 à 18:02

    Le village existe toujours mais est comme tous les autres aujourd'hui ...

    Bisous

    Claude

    44
    Lundi 4 Juin 2012 à 17:58

    Le vieillesse c'est dans la tête que cela se passe ! Mac Arthur ajoute même que c'est un état d'esprit et qu'il faut éviter de naître déjà vieux !

    Bises

    43
    Lundi 4 Juin 2012 à 17:53

    Bonne fête pour toi aussi chère Félicie. Je suis heureuse de ton retour

    Bisous

    42
    Lundi 4 Juin 2012 à 17:48

    Ce serait intezrèssant de savoir ce qu'est devenu ce village ?

    Bonne journée voisin

    41
    Lundi 4 Juin 2012 à 12:56

    Ils n'avaient pas la vie facile sur les chemins mais ils étaient attendus... Cadichou est bien attendrissant !

    Bonne journée Nettoue

    40
    Dimanche 3 Juin 2012 à 16:54

    J'ai retrouvé le nom du village de colporteurs : Chamagne.

    Bisous

    39
    Dimanche 3 Juin 2012 à 16:21

    Coucou c'est Félicie, bonne fête des mères

    38
    Dimanche 3 Juin 2012 à 15:18

    C'est exactement cela, Internet est moins convivial pour faire ses achats !

    Bonne fête des méres Mireille

    37
    Dimanche 3 Juin 2012 à 15:17

    Et naturellement tu as trouvé l'ânon !

    Merci et bises mon Cricri d'amour

    36
    Dimanche 3 Juin 2012 à 15:14

    Il devait être interèssant à visiter, un peu comme un immense vide-grenier.

    Bises Claude

    35
    Dimanche 3 Juin 2012 à 15:13

    Montmartre e"'n ce temps là... cher Charles Aznavour ! Tu as raison si tu commande par Internet l'échange est nul, mes enfants le font, pas moi, j'aime tatouiller ce que j'achete !

    Bises

    34
    Dimanche 3 Juin 2012 à 15:08

    C'est joli comme toujours !

    Merci ma belle Cerise

    Bonne fête des mamans

    Bisous

    33
    Dimanche 3 Juin 2012 à 15:06

    Merci Quichottine bon dimanche et bises

    32
    Dimanche 3 Juin 2012 à 15:05

    Cela enlève la moitié du plaisir éprouvé  faire du lèche-vitrine !

    Nettoue

    31
    Dimanche 3 Juin 2012 à 15:02

    Alors courage ma belle, tu vas gagner !

    Gros bisous et bonne fête

    30
    Dimanche 3 Juin 2012 à 14:59

    Nos yeux d'aujourd'hui voient le coté pittoresque, à l'époque l'utilité était grande

    Bises François

    29
    Dimanche 3 Juin 2012 à 14:56

    Une pensée pluvieuse et plus vieille d'un jour !

    Bises

    28
    Dimanche 3 Juin 2012 à 14:50

    Bonne fête à madame Géo, c'est le principal et ensuite, c'était moins de chois que sur Internet, mais je ne commande pas, juste avec mes points fidélité orange !

    Bisous et bon dimanche

    27
    Dimanche 3 Juin 2012 à 14:44

    Comme on en voit encore dans les westerns d'anten !

    Bisous Solange

    26
    Dimanche 3 Juin 2012 à 14:41

    Moi, non plus mais ma grand-mère 'en parlais et puis on en voit encore dans les vieux films !

    Bonne fête des mères ma douce et bisous

    25
    Dimanche 3 Juin 2012 à 14:38

    Reconnaissons quils manquaient de chois, mais les anciens n'avaient pas autant d'exigences que nous !

    Bon dimanche

    24
    Dimanche 3 Juin 2012 à 14:37

    Oui, mais c'est parce-que tu es jeune !

    Salut l'ami

    23
    Dimanche 3 Juin 2012 à 14:33

    Merci Macha, à toi aussi

    22
    Dimanche 3 Juin 2012 à 14:32

    Le choix était rtestreint,   maintenant on commande par Internet !

    Bises Sonya

    21
    Dimanche 3 Juin 2012 à 14:26

    Désuets surement, mais ils existent encore dans les campagnes reculées, en... camionnettes

    Bises Guillaume

    20
    evy
    Dimanche 3 Juin 2012 à 00:42

    Bonne fête a toutes les mamans !

    bon dimanche bisous 

    6kxfys6i.gif

    signatureevy_3.gif

    19
    Samedi 2 Juin 2012 à 22:30

    Les colporteurs apportaient une bouffée d´air frais dans certains villages si reculés qu´à la ville, si ce ne fut par le colporteur on en aurait ignoré jusqu´au nom! Les colporteurs ont bien besogné offrant ainsi aux campagnards des articles nouveaux et de nécessités qu´ils apportaient dans leurs charriots (ou sur le cadichon) et ils racontaient les dernières nouvelles politiques ou sociales à ces braves gens! Cela mettait de l´animation dans les chaumières.

    Bonne soirée, bisous Ismeralda

    18
    Samedi 2 Juin 2012 à 22:27

    Ces métiers paraitraient complètement ridicules à notre époque...

    Bises

    17
    Samedi 2 Juin 2012 à 19:21

    un petit texte qui me fait revenir en arrière au temps des westerns

    j'ai vraiment aimé

    en plus il est empreint de vérité

     

    ti bo Nettoue

    belle fin de journée

     

     

     

     

    .•°•.Ś Ő Ń Ŷ Á.•°•. 

     

    16
    Samedi 2 Juin 2012 à 19:07

    Belle soirée!!!!!!!

    15
    Samedi 2 Juin 2012 à 18:54

    Le dernier que j'ai connu avait une camionnette!

    Salut!

    14
    Samedi 2 Juin 2012 à 18:25

    eh oui, on ne connaissait pas internet, la télé ou facebouc;

    ily avait aussi les rémouleurs et marchands de peaux de lapin;

    bonne soirée, Nettoue

    13
    Samedi 2 Juin 2012 à 17:45

    Bonjour ma Nettoue,
    Je n'ai pas connu cela, je trouve cela agréable.
    Cela devait être sympa.
    Maintenant, c'est acheter sur internet, c'est froid, je n'aime pas ça.
    Merci pour ce beau billet, tu nous fais rêver.
    On regrette ce temps-là je trouve.
    Restons zen.
    Bonne soirée, tendres bisous.

    12
    Samedi 2 Juin 2012 à 15:19

    Un personnage simpathique de cette époque.Bonne journée Nettoue, je voulais faire une vente de garage, mais il pleut encore c'est remis.

    11
    geo
    Samedi 2 Juin 2012 à 13:59

    bonjour Nettoue..

    quelle belle évocation du temps passé

    où jadis tout était simple mais dur..

    c'est vrai l'église n'a pas toujours appliqué ce qu'elle prêche

    ..l'amour du prochain..

    mais a t'on besoin d'église pour cela...?

    bisous

    10
    Samedi 2 Juin 2012 à 13:59

    C'est vrai, c'était un métier dans le temps. J'ai encore connu cela en Calédonie dans les années 65-66. Ils apportaient ce que la terre ne produisait dans la brousse et ramassaient dans les tribus en bord de mer, les sacs de coquillages de nacre que les boites d'imports-exports vendaient aux usines faisant les boutons.

     

    Maintenant les boutons de nacre sont de plus en plus rares... bel après midi avec bises de nous deux

    9
    Samedi 2 Juin 2012 à 11:01

    il y a encore quelques années, quand j'étais tout jeune, je me rappelle avoir vu ces gens là passer dans le village... mais que c'est loin tout ça !

    Jj

    8
    Samedi 2 Juin 2012 à 10:48

    Et maintenant on achète sur internet...

    Dr WO

    7
    Samedi 2 Juin 2012 à 10:48

    hello!

    Je me régale avec le jeu et j'y revient souvent pour essayer de battre mon record....

    Biosus

    6
    Samedi 2 Juin 2012 à 10:02

    Passe une douce journée, Nettoue. Bisous.

    5
    Samedi 2 Juin 2012 à 09:58
    Orange ... belle image

      

    bonne journée avec cette petit brise marine pour te rafraichir

    bisousssssssssss

    4
    Samedi 2 Juin 2012 à 09:27

    Bonjour Nettoue,

    Oups, un temps que les moins de.... ne peuvent pas connaitre. C'était au temps où l'homme parlait à l'homme, où l'on partageait, où l'on parlait....

    Pour les "ovnis" je pense que ces avions silencieux et nombreux doivent en avoir un air....

    Bon samedi

    3
    Samedi 2 Juin 2012 à 08:29

    Il y avait ici un village ( dont j'ai hélas oublié le nom ... !) qui était essentiellement habité par des colporteurs de profession !

    Bsous

    Claude

    2
    Samedi 2 Juin 2012 à 07:43

    C'est bien sympa, tout ça.

    Bises ma Nettoue.

    1
    Samedi 2 Juin 2012 à 07:25

    Merci Nettoue pour cette page"tendresse", ils étaient souvent le seul lien avec l'extérieur pour de nombreuses "petites gens"!

    Bon w-end, gros bisous de Mireille du Sablon

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :