• Bacchus, Dieu de la vigne !

    Jupiter, l'équivalent romain de Zeus chez les Grecs, trompait abondamment son épouse bacchus-trois.jpg Junon, maîtresse femme s'il en fut ; Entre Dieux fornicateurs l'on en faisait pas grand cas, seulement la chose se révélait différente quand il s'agissait de terriennes, (la Rome d'en bas), si bien que lorsque Junon apprit que son mari venait de faire un enfant à Sémèlé, la fille du roi Thésée, elle ne le lui pardonna pas et bêtement en voulu au poussinet qui lui cependant n'était responsable de rien !

     

    Sournoise en plus, elle fit en sorte de devenir amie avec la toute jeune femme et sachant que Jupiter lui avait promis d'accéder au plus cher de ses souhaits elle lui suggéra, de lui demander d'apparaître sous sa forme de Dieu , et ce en grande pompe !

    Saperlipopette ! La naïve le fit et lorsque celui-ci apparut sur son beau char tiré par les "mille colombes de "Mireille Mathieu", Junon lui poussa le bras porteur de la foudre, laquelle tomba sur la pauvre future mère de Bacchus. qui fut réduite en centre en un clin d'oeil, mais pas avant que prompt comme l'éclair justement, Jupiter n'ait eu le temps de se saisir du foetus et de le cacher dans sa cuisse.(De là l'expression sortir de la cuisse de Jupiter) !

     

    Pour autant, Junon ne désarma pas et chargea ses potes Titans, de veiller au moment de l'accouchement et d'agir en conséquence, sans se faire remarquer, bien entendu !

    Et v'lan, à peine les grandes brutes se furent-elles saisies de Bébé tendrement appelé Bacchus par son père, qu'elles le découpèrent en bourguignon et le mirent à tremper dans une marinade à 12°.

     

    Par chance Mercure, qui avait un nez fin de gourmet attiré par le délicieux fumet renversa la marmite et se mit à le recoller avec une bonne glu, sous la forme d'un chevreau et le confia ensuite aux nymphes qui le cachèrent dans une grotte située au milieu des meilleurs cépages romains.

     Le mignon chevreau commença donc sa vie en tétant des grains de raisins écrasés dans ses biberons, puis au fur et à mesure qu'il prenant des forces, se mit à avaler des grappes entières, avant que ses dents poussées il ne s'attaqua aux feuilles,puis au ceps eux même !

    bacchus deux Sa tante Ino, déléguée dans un premier temps, pour veiller sur le biquet , puis plus tard, sur l'instruction que lui donnèrent les Hyades et les Heures, lui rendit sa forme divine dès qu'il fut pubère tout en lui conseillant de s'en aller faire ses preuves en combattant aux Indes, avec pour seules  armes, un pied de vigne centenaire, vermoulu en son milieu, des grappes de raisin suspendues aux oreilles et bien sur, son char attelé de quatre magnifiques panthères.


    Suivi par une troupe d'hommes et de femmes jouant de la lyre et du tambour, laquelle fit partie plus tard, de ces célèbres "Bacchantes", il gagna et son retour fut triomphale :

    Auréolé de sa gloire naissante, Bacchus en profita pour s'instaurer un culte pas triste du tout puisqu'il se célébrait par des orgies éhontées et des beuveries de grandes envergures, vite appelées les "Bacchanales" ! Rhâaalala, tout le monde  sautait en l'air ou nu s'y déhanchaient lascivement, hurlants, les yeux exorbités , hagards et échevelés : Les femmes allant jusqu'à simuler des orgasmes surprenants  que les hommes s'attribuaient en sautant encore plus haut pour montrer leur joie, avant de se les charger sur les épaules et de disparaître dans les fourrées avec elles !

     

    Plus tard, Bacchus, n'hésita pas à incorporer les Satyres à leurs jeux afin de donner plus de reliefs à leurs petites sauteries, tandis que lui-même, une fois repus se contentait de boire comme un trou assis sur son gros tonneau.

    Le Dieu de la vigne était mince et beau. Ses yeux, très noirs brillaient comme de l'anthracite bien astiquée. Il portait sa somptueuse chevelure blonde étincelant tel de l'or en fusion en une tresse posée sur l'épaule mais on ne pouvait l'admirer dans son entier que lorsqu'il retirait sa grosse couronne à corne de taureau symbole de sa puissance:

    Joyeux et gai luron, ce jouisseur impénitent n'hésitait pas pour autant à transformer de jeunes vierges refusant son culte en de grosses chauve-souris, les trois filles de Méninas, en furent les premières victimes...

     

    A demain mes ami(es), pour la fin de l'histoire  de Bacchus. Merci de votre fidélité et n'oubliez pas "Et Op, un p'tit com pour Nettoue".

     

    krikri

    Yahoo!

  • Commentaires

    21
    G.P. l
    Lundi 7 Janvier 2013 à 16:59

    Bonjour Nettoue

    Voila un texte qui nous fait sourire, ça nous change de l'actualité !! Vous avez remarqué que les Dieux sont charmants, gentils et tout et tout, que ce soit dans la bible ou la mythologie ? Pour ma part, je n'ai pas trop envie de les connaître, et si j'y suis obligé, je ne suis pas pressé  ....... lol

    Sincères amitiés

    20
    Samedi 24 Mars 2012 à 19:22

    Il est tout nu et pas encore bronzé !

    Bises Claude

    19
    Samedi 24 Mars 2012 à 19:21

    Ce Bacchus, quel bel homme ! Of! Il a ses petits défauts mais quand même...

    Bises et bin dimanche ma belle

    18
    Samedi 24 Mars 2012 à 19:18

    C'est un joyeux luron, un rien pornographique et soiffard...

    Bises Pat

    17
    Samedi 24 Mars 2012 à 19:11

    Mais pas tous très scrupuleux parfois. Qu'importe le rêve à de beaux jours devant lui !

    Bon dimanche GP

    16
    Samedi 24 Mars 2012 à 19:06

    Cela change les idées, mais bon l'actu pour l'instant chez-nous on n'y échappe pas !

    Bon dimanche ma Mousse

    15
    Samedi 24 Mars 2012 à 18:05

    Je n'arrive pas à ouvrir ton blog Cerise, je réessaierai tout à l'heure

    Bisous

    14
    geo
    Samedi 24 Mars 2012 à 17:53

    d'où vient cette idée que Borlo...ne suce pas des glçons?

    elle vient d'un commis de l'assemblée nationale qui a dita un journal que borlo se faisait servir des alcool dans la tasse a café qu'il demandait souvent lors des séances...

    mais remarque ce n'est peut être qu'une légende pour lui nuire..non?

    bises

    13
    Samedi 24 Mars 2012 à 17:52

    C'était un famaux bon vivant, et pas méchant ou très peu !

    Bisous

    12
    Samedi 24 Mars 2012 à 17:30

    Je me suis déjà demandé d'où venait cette idée ? Il en a la tête mais ?

    Bisous

    11
    geo
    Vendredi 23 Mars 2012 à 21:27

    bonsoir Nettoue..

    belle histoire d'un dieu que vénère notre ami Borlo..

    bises

    10
    Vendredi 23 Mars 2012 à 17:07

    Bonjour Nettoue

    Que de péripéties pour venir au monde! il s'est bien rattrapé par la suite le bougre.

    Bonne soirée Nettoue et bisous

    9
    Vendredi 23 Mars 2012 à 16:41

    J'aime bien ces histoires, c'est mieux que l'actu.

    Un fameux ce Bacchus, il ne pensait aussi qu'à sa floche, ces hommes.

    Merci ma Nettoue, ça détend.

    Bonne fin de semaine, mille bisous.

    8
    Vendredi 23 Mars 2012 à 13:29

    alors c'est mon dieu je suis née à chablis village de bon vin

    bisoussssssssss

    7
    Vendredi 23 Mars 2012 à 13:27

    Une lecture des plus agréables chez toi chère Nettoue, bisous

    6
    Vendredi 23 Mars 2012 à 11:46

    belle histoire de Bacchus ! ça défoule ! bises

    5
    Vendredi 23 Mars 2012 à 10:22

    Bacchus, un petit qui revient de loin....

    Bonne journée!

    4
    Vendredi 23 Mars 2012 à 09:21

    hello nettoue

    tiens ! dans mon prochain article sur le carnaval de Nice , j'en parle de Bacchus et de son equivalent grec Dyonisos...

    bizz

    pat

    3
    Vendredi 23 Mars 2012 à 09:20

    Un dieu joyeux malgré le drame de sa naissance...

    Bises et belle journée, Nettoue.

    2
    Vendredi 23 Mars 2012 à 08:57

    Un premier volet captivant ma Nettoue, j'attends la suite. Bises et bonne journée . ZAZA EKLABLOG

    1
    Vendredi 23 Mars 2012 à 08:23

    Pas de trop plein dans la première image ! !

    Bisous

    Claude

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :